Author Topic: {LU HASEY} Les bases de la discussion en Na'vi: Apprendre à se connaitre  (Read 2742 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.

Offline Skyinou

  • Taronyu
  • ****
  • Posts: 513
  • Karma: 20
Apprendre à se connaitre, Partie 1
Par Paul Frommer, traduit et adapté au français par Skyinou.

Kaltxì, ma oeyä eylan. Salutations de Los Angeles, où j'essaie de surmonter le décalage horaire depuis deux jours maintenant. J'espérais poster quelque chose depuis Paris, mais un petit ennui de santé m'a mis hors service pour un moment, et une fois remis sur pieds, il y avait trop de chose à voir pour bachoter le temps restant. Pari yawne lu oer nìngay!

Ce post concerne des expressions pratiques et utiles lorsque l'on rencontre de nouvelles personnes. C'est une collaboration: une grande partie du contenu vient de awngeyä 'eylan alu Prrton, que je remercie pour ses excellentes suggestions et ses efforts incessants en faveur de tì'ong lì'fyayä leNa'vi.

Le prochain post continuera le thème de la conversation, traitant de sujets communs que vous pourriez vouloir discuter avec vos nouveaux amis.


INTRODUCTIONS

Introductions propres

Si vous avez besoin de l'attention des personnes:

1. Votre attention, svp, tout le monde.
Rutxe tivìng mikyun, ma frapo.

La "formule d'introduction" générale est simple: on n'utilise pas de verbe, mais simplement, "A vous mon/ma/mes X", où X, à l'accusatif est la personne que vous présentez. (Pawl a écrit en anglais: "objective or patientive". J'ai traduit par "accusatif", parce que c'est le mot que j'utilise d'habitude. Je vais me renseigner pour savoir si il y a une différence importante.)

2. Permettez-moi de vous présenter mon collègue.
Ngaru oeyä lertut.

3. Tout le monde, laissez-moi vous présenter ma soeur, Newey.
Ma frapo, ayngaru oeyä tsmukit alu Newey.

En situation très formelle ou cérémoniale, on peut utiliser les pronoms honorifiques:

4. Laissez-moi vous présenter ma sœur, Newey te Tskaha Sorewn'ite.
Ayngengaru oheyä tsmukit alu Newey ye Tskaha Sorewn'ite.

Comme dans beaucoup de langues humaines, connaitre une personne ou un endroit requiert une expression différente de connaitre un fait. Ainsi, par exemple, vous ne pouvez pas dire *Oel pot omum pour 'je le connais'. Pour 'connaitre' dans le sens de connaitre quelqu'un, utilisez le verbe smon 'être familier': Po smon oer. 'Je le connais.' (Littéralement: 'Il m'est familier.')

5. Connais-tu mes amis Entu et Kamum?
Srake smon ngar oeyä meylan alu Entu sì Kamum?

Pour 'Présentez-vous svp', utilisez le verbe transitif lawk, 'parler de, dire quelque chose en relation de'. Exemple: Poel oeti larmawk. 'Elle parlait de moi'. Pour 'se présenter soi-même', ajoutez l'infixe de réflexion:

6. Svp parlez un peu de vous.
Rutxe läpivawk nì'it.

Notez que le sujet d'un verbe réflexif ne prend pas d'ergatif: Par exemple, 'Il a parlé de lui' devient Po läpolawk, et pas *Pol läpolawk.


Introductions simples

7. C'est Istaw.
Fìpo lu Istaw.
OU
Fìpor syaw fko Istaw.

Attention de bien distinguer entre fìpo et fì'u. Le premier veut dire 'cette personne' et le deuxième 'cette chose/ce concept'. Utiliser fì'u pour une personne serait très insultant.

8. Dit bonjour, Istaw.
Kaltxì sivi, ma Istaw.


Introductions de soi-même

9. Bonjour! Excusez-moi. Puis-je interrompre un moment? Je suis Va'ru des plaines. Et vous? Qui êtes-vous?
Kaltxì. Hìtxoa. [Cela peut être accompagné du geste de la main "Je te vois" dans un contexte approprié. Le geste rend l'expression plus formel.] Tsun miväkxu hìkrr srak? Oe lu Va'ru a ftu txayo zola'u. (Ay)Ngari tut?

Comme vous pouvez le deviner, hìtxoa est un 'petit pardon', utilisé quand la politesse demande juste un petit mot d'excuse. Oeru txoa livu est une demande de pardon plus sérieuse pour une erreur ou bêtise que l'on a fait.

Mäkxu [m°°äkxu] est un verbe transitif qui veut dire 'interrompre' ou 'perturber l'équilibre' dans le contexte d'une activité en train de se dérouler. En français, il est possible d'interrompre quelqu'un directement, mais en Na'vi, mäkxu est utilisé seulement pour une activité ou des conditions établies, pas pour des personnes. Pol moläkxu ultxati. 'Il a interrompu la rencontre.' Il n'y a pas forcément de connotation négative, malgré la présence de kxu, qui, dans d'autres contextes veut clairement dire 'blessure'. Comme hultstxem [h°ultstx°em], qui est un verbe transitif qui veut dire 'gêner, être un obstacle'. Son objet peut être une activité ou une personne, et le tout a normalement une connotation négative. Exemple: Hìtxoa, ke new oel futa fìtìpängkxot ayngeyä hivultstxem, slä tsun miväkxu hìkrr nì'aw srak? 'Excusez-moi, je ne veux pas empêcher votre discussion, mais puis-je vous interrompre une seconde?'

Notez aussi que pour dire que vous venez de quelque part, on utilise ftu, pas ta. Ftu va de paire avec ne: ils permettent d'indiquer la direction de laquelle vous venez et dans laquelle vous allez respectivement.

10. Bonjour, vous êtes Sorewn, n'est-ce pas? Je suis Tsenu. Sœur Rini, là-bas, m'a suggéré de me présenter à vous. Elle a dit que vous vous intéressiez beaucoup à la cuisine et que nous pourrions partager ce point commun.
Kaltxì. Nga lu Sorewn, kefyak? Oer syaw fko Tsenu. Tsatsmukel alu Rini molok futa oe ngar muwäpivìntxu. Poltxe po san Sorewnìl kan'ìn tì'emit nìtxan ulte kxawm tsatxele mengane za'atsu nì'eng.

Cet exemple contient de nombreuses choses intéressantes.

Premièrement, notez que quand deux noms sont en apposition avec alu, seul le principal - le premier - prend une terminaison en fonction du cas. Ici, c'est Tsatsmuktel alu Rini, pas *Tsatsmuktel alu Rinil.

Ensuite, il y a deux verbes transitifs utiles, mok 'suggérer' et muwìntxu [muw°ìntx°u] 'présenter'. Ce dernier s'utilise pour présenter une personne, mais aussi une idée, un rapport, une analyse, etc. Ici il contient l'infixe de réflexion pour 'se présenter'. Rappelez-vous que la façon habituelle de présenter une autre personne se fait sans verbe. Voir 2 et 3 plus haut.

Le verbe transitif kan'ìn [k°an'°ìn] veut dire 'se concentrer sur, être spécialisé dans, être particulièrement intéressé par'. Exemple: Entul kan'ìn tìwusemit. 'Entu se spécialise dans le combat' - c-à-d le combat a un intérêt majeur pour lui, ou est le centre de ses activités.

L'expression pour 'partager un intérêt commun' est za'u nì'eng, littéralement, 'venir au même niveau'. Exemple: Tìrusol za'u ne fo nì'eng. 'Ils partagent un intérêt commun dans le chant.' (Littéralement, 'Le chant vient à eux également.')

Finalement, notez comment san fonctionne dans la dernière phrase. (Sìk n'est pas requis ici, car le discours rapporté continue jusqu'à la fin du texte.) Tsenu doit citer exactement ce que Rini a dit, et donc une façon moins naturelle, mais plus littérale de traduire serait, 'Elle a dit, "Sorewn s'intéresse beaucoup à la cuisine, et peut-être que vous pourriez partager ce point commun."' Ce qui explique la présence de menga 'vous deux' où l'on pourrait s'attendre à voir oeng 'toi/vous (sing.) et moi'.
« Last Edit: March 04, 2011, 01:27:17 pm by xelloss »
Let's rock with The Tanners!

Offline Skyinou

  • Taronyu
  • ****
  • Posts: 513
  • Karma: 20
Re: Apprendre à se connaitre
« Reply #1 on: September 29, 2010, 10:24:49 pm »
Partie 2
Par Paul Frommer, traduit et adapté au français par Skyinou.

Ce post continue sur le thème de la conversation. Maintenant nous sommes au-delà de l'introduction et nous commençons à découvrir des choses sur la personne avec laquelle nous parlons. Merci à nouveau à Prrton pour son énorme travail là-dessus.

D'abord, des expressions utiles pour vous aider en communication orale:

QUAND VOUS ÊTES BLOQUÉS OU NE COMPRENEZ PAS!

11. Désolé, je n'ai pas compris. Pouvez-vous répéter svp?
Hìtxoa, ke tslolam. Rutxe liveyn.

Le verbe transitif leyn veut dire 'répéter, faire à nouveau'. Il peut s'appliquer à toutes les actions et activités. Par exemple, une maman peut dire à son gamin qui vient de faire une bêtise, Rä'ä liveyn! 'Ne le refait plus!'. Durant une conversation, c'est sous-entendu que vous parlez de répéter la phrase précédente.

Pour plus de politesse:

12. Je n'ai pas compris.
Ke tslolatsam.

La réponse de la personne est:

13. Bien sûr. J'ai dit...
Nìprrte'. Poltxe san...

Si vous avez besoin d'explications

14. Pouvez-vous clarifier?
Tsun nga law sivi nì'it srak?

Pour demander le sens d'un élément particulier:

15. Que veut dire X?
Tsa'uri alu X, ral lu 'upe?

Ceci veut dire, bien sûr, 'Que veut dire le mot X?' Si ce n'est pas un mot, mais une phrase que vous cherchez, remplacez tsalì'uri par tsalì'fyaviri.

Une version plus courte et acceptable en milieu informel est:

16. Que veut dire X?
X-(ì)ri peral?

Finalement, que ce passe-t-il si vous cherchez un mot ou une expression que vous ne trouvez pas et que vous ne pouvez pas contourner? En présumant que votre audience partage une autre langue avec vous, plutôt que de stopper la communication, il est préférable d'insérer le mot ou l'expression recherché dans la phrase Na'vi précédé de nì’Ìnglìsì, nìFranse, nìToitsye, nìTsyungwen, etc. Ex.: Sunu oeru nì'Ìnglìsì basketball nìtxan. (Bien sûr, si vous êtiez un Na'vi, vous prononceriez 'basketball' plutôt päsketpol, ce qui serait aussi correct dans le contexte.)


DÉBUT DE CONVERSATION

17. Parlez-moi un peu plus de vous.
Nga läpivawk nì'it nì'ul ko.

18. Dites-moi tout à propos de vous.
Nga läpivawk nìno ko.

L'adverbe nìno veut dire 'en détail, à fond, minutieusement'. La racine de ce mot, no, contient l'idée de fin détail. Il n'est pas utilisé seul en Na'vi modern, mais on en trouve des formes dérivées dans le lexique. Exemples:

  • no adj.   'fin, détaillé, précis'
    Pol ngop frakrr sìkenongit a hìno lu nìhawng.
    'Il crée toujours des exemple trop détaillés.'
  • leno adj.   'minutieux (pour une personne)'
    Leno lu Loak nìtxan.
    'Loak est très minutieux.'
  • no n.     'minutie'
    Längu tìkangkem feyä luke tìno.
    'Malheureusement, il n'y a aucune minutie dans son travail.'

L'expression polie pour 'puis-je demander' est Ätxäle si oe pivawm, littéralement 'Je fais la requête de demander'. (Dans une première version du scénario, le nouvel arrivant Norm parle à un Pandorien pour la première fois dans son trop formel Na'vi, et dit: Ätxäle suyi ohe pivawm, peolo’ luyu pum ngengeyä? 'Puis-je vous demander à quelle tribu vous appartenez?)

19. Puis-je vous demander qui sont les membres de votre famille?
Ätxäle si oe pivawm, ngari soaiä ayhapxìtu lu supe?

Deux choses à noter ici: d'abord, le génitif de soaia ' famille' est irrégulier: soaiä (not soaiayä). Et aussi, supe est 'qui(pl.)' - i.e., 'quelleS personneS' contre 'quelle personne'.

Pour demander l'âge de quelqu'un:

20. Quel âge as-tu?
Ngari solalew polpxaya zìsìt? OU Ngari solalew zìsìt apolpxay?[/b]

Littéralement: 'A propos de vous, combien d'années ont passé?' Notez que polpxay, 'combien', se comporte comme un adjectif ordinaire.

Dans une conversation, la question sur l'âge peut être réduite de plusieurs manières. Les suivantes sont toutes possibles, avec un degré de formalité moindre en descendant la liste:

  • Ngari solalew polpxay?
  • Ngari solew polpxay?
  • Solew polpxay?

Comme vous pouvez le voir, si zìsìt peut être compris grâce au contexte, il peut être omis. Aussi, dans une conversation occasionnelle, solalew se réduit à solew, comme palulukan se réduit à palukan. Ces formes réduites ne sont pas utilisées en Na'vi écrit, cependant, sauf si vous voulez reproduire l'effet d'une conversation parlée. (Comparez "je vais" et "j'vais" en français)

Pour répondre à la question sur son âge:

21. J'ai 24 ans.
Oeri solalew zìsìt apxevol.

Plus court et moins formel:

  • Oeri solalew pxevol.
  • Oeri solew pxevol.
  • Solew pxevol.
  • Pxevol.

22. D'où vient-tu?
Nga z(ol)a'u ftu peseng / ftu tsengpe / pesengeftu / tsengpeftu ?

Le choix entre za'u et zola'u dépend du contexte. Zola'u est correct dans tous les cas. Cependant, si la question est générale - 'Où habites-tu?' - alors za'u suffit. Mais si l'intention est 'D'où es-tu venu (pour participer à cette réunion)?', alors zola'u est nécessaire.

23. Je suis né dans une ville près de l'océan, mais je vis maintenant dans l'Arbre Maison.
Oe 'olongokx mì sray a txampayìri sim, slä set kelku si mì Helutral.

Le verbe transitif 'ongokx ['°ong°okx] veut dire 'être né'. C'est un composé de 'ong 'éclore, fleurir' et nokx 'donner naissance à', où l'assemblage interne ngn a été réduit à ng: *'ongnokx > 'ongokx. (Notez aussi que les noms propres sont sujets à lénition tout comme les autres noms.)

Un exemple où nokx s'utilise seul:

24. Maman a donné naissance à ma nouvelle sœur hier.
Sa'nokìl oeyä tsmuket amip nolokx trram.

Pour demander à quelqu'un son occupation ou activité principale:

25. Quel est ton rôle primaire (dans la société)?
Ngaru lu pefnetxintìn nìtrrtrr?

Nìtrrtrr veut évidemment dire 'de tous les jours, régulièrement'. (Comparez avec letrrtrr.) Pefnetxintìn, néanmoins, demande quelques explications. Ses deux premiers morphèmes (élément minimum ayant un sens propre) sont clairement pe 'quel' et fne 'sorte (de), type (de)'. Qu'en est-il de txintìn? C'est un composé de l'adjectif txin 'principal, primaire' et du nom tìn 'activité qui garde quelqu'un occupé'. Donc txintìn pourrait être 'occupation' ou 'role primaire dans la société'.

Plusieurs façons de répondre à la question:

26. Je suis étudiant / chasseur / guerrier / professeur / cuisinier.
Oe lu numeyu / taronyu / tsamsiyu / karyu / 'emyu.

27. Mon occupation central dans la société est d'attraper du poisson.
Oeyä txintìn lu fwa stä'nì fayoangit.

28. Je m'occupe des petits enfants.
Oel vewng frrnenit.

Le verbe transitif vewng veut dire 's'occuper de, prendre soin de, être responsable de'.

29. Je suis éboueur.
Oel vewng aysngelit.

30. Je m'assure que les enfants en apprennent de la flore.
Oel vewng futa ayeveng nivume teri ayewll na'rìngä.
(Notez que cette personne n'enseigne pas forcément directement aux enfants, mais est responsable que l'apprentissage soit fait.)
« Last Edit: September 29, 2010, 11:30:41 pm by Skyinou »
Let's rock with The Tanners!

Offline Skyinou

  • Taronyu
  • ****
  • Posts: 513
  • Karma: 20
Re: Les bases de la discussion en Na'vi: Apprendre à se connaitre
« Reply #2 on: September 29, 2010, 11:30:16 pm »
Partie 3
Par Paul Frommer, traduit et adapté au français par Skyinou.

Kaltxì nìmun, ma oeyä eylan.

Voici la troisième et dernière partie à propos de la conversation. Idéalement, j'aurais voulu développer d'avantage, mais je voulais que ce soit disponible pour les personnes participant à la rencontre au nord de la California de ce weekend.

Merci à tout le monde pour les commentaires de soutient et les bonnes questions! Désolé de ne pas avoir pu répondre à tous.

En passant, si des personnes vivent à ou près de Tulsa, Oklahoma et sont libre Jeudi soir, 7 Octobre, je parlerai à la Oklahoma Conference in the Humanities, et c'est ouvert au public et gratuit. Za'u kaltxì si ko!

(Si vous vous posez des questions à propos de cette structure: Deux verbes côte-à-côte sans conjonction indiquent que leurs actions sont accomplies l'une après l'autre: venez et (après) dites bonjour.)

PLUS SUR LES INFORMATIONS DE BASE

Pour demander l'identité de quelqu'un (en personne, au téléphone, etc.):

31. Bonjour, Qui êtes-vous? OU Qui c'est?
Kaltxì. Ngenga lu tupe / pesu?

C'est une des place où la forme honorifique est utilisée normalement. Nga lu tupe? pourrait être pris agressivement et comme un défi; pour indiquer clairement que la question est amicale, vous utilisez l'honorifique. Pour répondre, par contre, vous repassez à la forme normale. Oe lu Txewì.

Comme dans beaucoup de langues terriennes (bien que ce soit le cas en français), pour demander le nom de quelqu'un, vous ne dites pas littéralement 'Quel est ton nom?', qui serait en Na'vi Ngari tstxo lu pelì'u?. Ce n'est pas faux, mais il y a une meilleure façon de poser la question:
(note du traducteur: je vais me renseigner pour savoir si 'comment tu t'appelles?' Fyape syäpaw nga? est possible.)

32. Quel est ton nom?
Fyape fko syaw ngar?

Littéralement, c'est bien sûr, 'Comment on t'appelle?'. La réponse est:

33. Mon nom est Txewì.
Oeru syaw (fko) Txewì.

En revenant en arrière au sujet de l'âge, si quelqu'un vous demande votre âge et que vous avez du mal à calculer en Na'vi, vous pouvez gagner du temps avec une expression utile dans beaucoup de situation:

34. Un petit moment, je réfléchi.
'Awa swawtsyìp. Oe fperìl.

Ca peut être une bonne idée de le pré-calculer, afin que les gens ne croient pas que vous n'êtes pas sûr de votre âge. ;) (Grammaire: Si vous vous demandez pourquoi il n'y a pas de terminaison à swawtsyìp, c'est parce que la phrase est la version courte de 'Awa swawtsyìp livu oer plutôt que 'Awa swawtsyìpit tìng oer.)


LOISIRS

Je dois beaucoup à Prrton pour le contenu de cette partie, qui est, je pense, particulièrement riche.

35. Avec qui sors-tu / passes-tu du temps?
Nga pesuhu teng nìtrrtrr?

  • teng [k°°äteng] vin.   'passer du temps, sortir'. Pas d'implication de rdv intime ou romance - simplement passer du temps avec des amis.

Le prochain exemple introduit le verbe intransitif 'ìn, qui n'est pas utilisé seulement seul, mais a de nombreux dérivés. (Nous en avons déjà rencontré un, kan'ìn, dans la partie 1.) 'ìn veut dire 'être occupé' et est neutre du point de vue émotionnel. Voir plus bas pour des dérivés positifs ou négatifs.

36. Qu'est ce qui t'occupe ces derniers temps?
'ìn nga fyape nìfkrr?

Littéralement, 'De quelle façon est-tu occupé ces derniers temps?'.

Quelques dérivés de 'ìn:

  • sulìn [s°ul°ìn] vin.   'être occupé (sens positif), être absorbé par quelque chose que l'on trouve spécialement plaisant et énergisant'

37. Il est trop absorbé par sa musique (et ça m'énerve).
Pamtseori po sulängìn nìhawng.

  • vrrìn [v°rr°ìn] vin.   'être occupé (sens négatif), être fatigué et surchargé par une activité qui nous tient occupé'

38. J'étais complétement noyé par mon travail.
Tìkangkemìri varmrrìn oe nìwotx.

39. Son boulot le submerge toujours (et j'en suis content).
Peyä tìkangkemìl mi veykrreiyìn pot nìwotx.

  • tìk'ìn n.   'temps libre, l'absence de 'ìn'

40. Que fais-tu de ton temps libre?
Tìk'ìnìri kempe si nga?

  • sulìn n.   'passe-temps favori, passe-temps'

41. Je pratique mon passe-temps favori qui est le tir à l'arc.
Oe tskxekeng si säsulìnur alu tsko swizaw.

Pour exprimer l'idée de l'amusement, nous utilisons l'adjectif 'o' 'amusant, excitant' et ses dérivés.

42. Les sports sont très amusant.
Ayuvan letokx 'o' lu nìtxan.

Quelques dérivés de 'o':

  • 'o' n.   'amusement'

43. Quel est ta façon préférée de t'amuser?
'o'ìri peu sunu ngar frato?

  • 'o' adv.   'de façon amusante'

44. Pour moi, apprendre le Na'vi est vraiment très amusant!
Ftia oel lì'fyati leNa'vi nì'o' nìwotx!

Et pour finir, pour dire que vous êtes bon ou mauvais dans une activité, utilisez les verbes transitifs fnan 'être bon à' et wätx 'être mauvais à' respectivement:

45. Es-tu bon en Na'vi?
Srake fnan ngal lì'fyati leNa'vi?

46. Non, je suis très mauvais, mais je l'aime quand même à en mourir.
Kehe, Slä hufwa oel (tsat) wätx nì'aw, tsalsungay yawne lu oer nìwotx!

Sìlpey oe, zaya'u trro a tsun awnga nìwotx pivlltxe san fnan oel nìngay lì'fyat le Na'vi sìk!
:)

Kìyevame, ma eylan.
« Last Edit: September 30, 2010, 08:52:07 pm by Skyinou »
Let's rock with The Tanners!

Offline Skyinou

  • Taronyu
  • ****
  • Posts: 513
  • Karma: 20
Re: Les bases de la discussion en Na'vi: Apprendre à se connaitre
« Reply #3 on: October 01, 2010, 02:47:10 pm »
Rapide complément
Par Paul Frommer, traduit et adapté au français par Skyinou.

Juste encore quelques expressions.

La réponse habituelle lorsque vous êtes présenté à quelqu'un est, bien sûr, Oel ngati kameie, ma ______. Mais en plus vous pouvez dire:

47. Ravis de vous connaitre.
Smon nìprrte'.

Pour demander comment dire quelque chose en Na'vi:

48. Comment dit-on X en Na'vi?
X nìNa'vi (slu) pe'u?

Notez que slu 'devenir' est utilisé plutôt que lu. Mais il est souvent omis en conversation.

Enfin, pour faire savoir à quelqu'un qu'il a le temps, qu'il peut y aller lentement (pas seulement en parlant, mais pour toutes activités):

49. Prends ton temps. Ne te presses pas. Lentement mais surement.
Ke zene win säpivi. 'Ivong nìk'ong.

En conversation, säpivi est généralement prononcé spivi. (L'accentuation de la phrase est cependant sur win.) La deuxième phrase est proverbiale - littéralement, 'Laisse déployer lentement.'

Un mot sur les tìftang:

Les commentaires étaient perspicaces. C'est quand quelque chose précède le tìftang initial que vous l'entendez clairement:

Prenez 'eylan 'ami' et le pluriel raccourci eylan. Si vous dites ces mots séparément, je doute qu'il y aie une distinction. Mais mettez les dans une phrase comme (1) oeyä 'eylan et (2) oeyä eylan et vous entendrez la différence. Dans (1), il y a une courte pause entre les mots; en (2), la phrase est fluide et sans pause.

Sivop nìzawnong, ma aysopyu. :D
Let's rock with The Tanners!

 

Become LearnNavi's friend on Facebook Follow LearnNavi on Twitter! Watch LearnNavi's videos on YouTube

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Privacy Policy
| XHTML | RSS | WAP2 | Site Rules

LearnNavi is not affiliated with the official Avatar website,
James Cameron, LightStorm Entertainment or The Walt Disney Company.
All trademarks and servicemarks are the properties of their respective owners.
Images in the LearnNavi.org Forums and Gallery may not be used without permission.

LearnNavi Affiliates:
ToS

LearnNavi is the community to learn Na'vi, the Avatar Language
"A place where real friendships are made." -Paul Frommer

AvatarMeet | Learn Na'vi Forum | Learn Na'vi Wiki | Na'viteri

LearnNavi