International / Multilingual > [Fr] Role-Play

{ Role Play } Teranas

<< < (19/19)

teranas:
Le mur de nuages avancais a bon rythme, s'étendant a perte de vue  de chaque côté. William et moi nous dirigâmes aussitôt vers les décombres en béton et métal. Le bruit du tonerre proche se mélant a celui des verins faisant bouger les armures et le choc de leurs pas sur les morceaux de ruine de plus en plus gros, nous finîmes par nous décider a commencer par déblayer là où nous étions. Ecartés de quelques mètres seulement, nos bras mécaniques étaient suffisants pour soulever des blocs de plusieurs dizaines de kilos, voir centaines, que nous jetions negligemment derrière nous, car il fallais faire vite. Mais a peine 3 minutes plus tard, le ciel s'assombrit. Nous levâmes tous deux la tête pour voir la vague de nuages sombres nous masquer le soleil. Et presque trop rapidement pour que ça paraisse naturel, une pluie batante nous recouvris aussitôt, tambourrinant sur les vitres de nos armures, agrémenté d'un éclair qui fracassa le martelement des gouttes pendant quelques secondes.

William : Ca va pas nous faciliter la tâche. Y'a pas d'essuie glace là dessus.
Moi : Va falloir ouvrir l'oeil.

Nous nous remîmes au travail, prenant et dégageant sans ménagement les plus gros blocs, la vue maintenant troublée par les gouttes sur le cockpit. Quelques minutes assourdissantes passèrent, puis j'entendis le gésillement de l'intercom' s'infiltrer entre le tambourrinement des gouttes.

William : Hey mec', regardes ça!

Je tourna aussitôt ma machine vers William, lequel pointais quelques chose dans els débris. Je me pencha en avant, distinguant mal ce qu'il indiquais, mais quelque chsoe tranchais effectivement dans le gris du béton. Du rouge. Une trace rouge. William entrouvris son cockpit quelques secondes, pour avoir une vue dégagée, puis le referma.

William : Ouais, m'as tout l'air d'être du sang. T'es prêt à voir ce qu'on pourrais trouver là dessous?
Moi : J'en doute...

William pris quelques blocs de moyenne taille, dont celui avec la trace et les écarta. Pas d'autres traces en vue, pas de corps, mais peut être étions nous au bon endroit. Des apapreils broyés, des bureaux, des bouts de verre, des plaques de métal...Des morceaux autres que murs et plafonds commencèrent a se montrer. A force de creuser a la verticale de là ou nous avions trouvé le sang, une épaisse poutre metalique ressortais des décombres, et commença a nous gêner pour creuser plus loin. William et moi la prîrent fermement dans nos mains robotiques tous les deux et nous préparèrent a l'extraire.

William : Allez, à trois, on tire dessus. Un...Deux...trois.

La poutre grinça, le tonerre gronda, et le sol s'affaissa. Cette poutre retenais apparement une couche de débris au dessus d'un vide, et nous venions de rompre cet équilibre. Je sentis le vide s'ouvrir en dessous de mon armure, et je me sentis tomber, rapidement bloqué dans le béton et l'acier qui s'écoulaient comme du sable dans la partie inférieur d'un sablier. Je fus immobilisé, l'armure pliant et hurlant sous les torsions et les efforts que le siphon de débris exercait sur elle. Paniqué, trop pris au dépourvu pour réagir convenablement, je ne pus que me voir couler, me faire aspirer, impuissant. Je ne pu savoir si William se trouvais dans la même situation que moi, et je n'aurais pas pu le voir, car le béton recouvris entièrement mon cockpit, dont la vitre se fendit de partout. Elle explosa, me projettant ses éclats au visage. L'armure fut viollement secouée, un bruit sourd, et le noir total.

A plusieurs kilomètres de là, dans la base Humaine/Na'vi, une autochtone leva brusquement la tête, poussant une exclamation de surprise, la mine déconfite, ayant senti dans ses entrailles la même sensation que lorsqu'on rate une marche et qu'on a l'impression qu'une chute mortelle nous attends. Plusieurs des humains présents dans la salle des caissons de lien se tournèrent vers elle, mais elle ne les regardais pas. Elle fixais un point invisible, comme si un fantôme venais de surgir devant elle.

Paul : Ale'yah? Tout va bien?
Ale'yah Je...ne sais pas...





La première chose que je pus sentir, lorsque j'emmergea, fut la douleur un peu partout dans mon corps. J'aurais pus me dire que si j'ai mal, c'est que je suis en vie, mais je me sentais si vide que j'en doutais encore. J'eu toutes les peines du monde à ouvrir les yeux, pour me rendre compte qu'il n'y avais rien a voir, hormis un petit clignotement rouge. Mes sens engourdis se réveillèrent peu à peu, et je pus entendre un grésillement léger et continu. Il venait du système de communication de l'armure. Il n'affichait rien, et le bruit des parasites indiquait qu'il n'était pas prêt à émettre quelquechose. Je voulu bouger mes bras terriblement endoloris et faibles, et réalisa que la cabine était à moitiée enfoncée et broyée de toutes parts par des débris de béton, de la roche et de la terre. Je pus avec précaution els amener a mon visage pour me frotter les yeux et essayer de me réveiller d'avantage, ce qui pris quelques minutes. Je n'essaya même pas d'apeller William, ni d'utiliser la radio. Je devais d'abord savoir si il y avais moyen d eme sortir de là. Je parvins a tatons à saisir une lampe de poche à côté du médikit derrière le siège. Par bonheur, elle était intacte, enfin une bonne nouvelle.

Je l'alluma et m'ébloui moi même tant il fesais noir ici. Je remarqua alors que le vitrage du cockpit avait évidemment été entièrement brisé, laissant place a un mur de petites pierres qui s'étaient entassés sur le tableau de bord, entourées de pierres nettement plus grosses. Les armatures metaliques entourant le cockpit les avaient retenues de me broyer, heureusement. Mais je n'étais pas sauvé pour autant. Je me mis à réfléchir, essayant de comprendre ce qu'il venais de se passer, et quelle pouvait être ma situation. Je compris simplement que j'étais pris au piège, sous des tonnes de décombres peut être, depuis un temps que je ne peut même pas estimer. Je me mis à penser que si William s'en était tiré, et même s'il parvenais a avertir la base, ils mettraient des heures, peut être des jours pour me trouver. Je serais mort avant, de faim, de soif, d'asphyxie peut être...
Une minute....Je me rendis alors compte que je respirais normalement, et sans masque. Je respirais un air terrien, avec de l'oxygène. Ca voulais dire que j'étais peut être tombé dans des sous sols de l'avant poste encore plus ou moins étanches et alimentés en air. L'espoir me repris et j'alluma de nouveau ma lampe, cherchant même une toute petite issue dans ce mur de pierre. Et j'en vis une. Un petit filet de poussière suspendue dans l'air passais lentement a travers la pierre pour venir emplir le cockpit. Cette poussière qu'on trouve dans nos maisons, qu'on voit bien lorsque de la lumière passe par les fenêtres. Il y avais de l'espace libre, là juste derrière!

Mais comment déblayer tout ça? Ces rochers pesaient peut être des dizaines de kilos. Je n'ai plus la force de le faire. A moins qu'un stimulant se trouve dans le médikit. Ou bien....Je mis la main a ma poche de pantalon et y senti les barres énergisantes que Paul m'a confié avant de partir. “On a constaté que les nutriments regonflaient aussi les reserves d'énergie des organismes humains. Une seule barre et je te garanti le plus gros coup de fouet dans les miches de ta vie”. J'en sorti une et la déballa tant bien que mal avec mes bras atrophiés et encore engourdis. La barre a l'intérieur ne ressemblais a rien. Rien de mangeable du moins. Mais je mordis dedans, mastiqua et avala. Par terrible. Un goût de caoutchouc. J'en repris une bonne bouchée, fesant ainsi  la moitié de la barre, comme Paul me l'avait rigoureusement conseillé. “Si jamais tu en abuses, tu risques un empoisonnement du sang”. Je replia la barre et la remis dans ma poche. Et alors que je me demandais en combien de temps ça ferais effet, je fus très surpris en obtenant la réponse. Un afflux d'énergie tel que j'eu peur de voir mon corps imploser. Comme si de “encore endormi” mon corps venait instantanément de passer à “21h, c'est l'heure d'aller courrir après les pitchounnes Thierry!”. Je mis mes deux mains devant moi et poussa la plus grosse pierre juste face à moi. Elle refusa de bouger, je me mit alors a pousser avec tout mon buste, prenant appui contre le siège. La pierre bougea un peu, je força encore, allant jusqu'a croire que mes bras allaient se rompre. Mais là encore, il n'en fut rien, et mon corps normalement convalescent parvins a me sauver. La pierre roula en arrière, en entrainant quelques unes avec elle, dont quelques petites qui retombèrent dans le cockpit, soulevant beaucoup de poussière, qui me fit tousser. Je dirigea la lampe vers l'ouverture nouvellement crée et put y voir un plafond et un mur.
Après un long soupir de soulagement et un petit rire nerveux. Je défis ma ceinture, m'empara de la malette de soins, de la lampe, et me hissa dans cette brèche, priant pour qu'une pierre ne me tombe pas sur le dos. La lambe en bouche, je pus voir l'éboullement qui avais à moitié envahi le couloir. Je me laissa glisser jusqu'a toucher un sol concret de métal. Je fis quelques pas et me tourna. L'AMP gisais complètement broyé dans cet amas de pierre, émettant toujours son grésillement et sa lumière rouge indiquant la rupture du cockpit. Je me souvins alors que prendre le masque dedans ne serais pas imprudent. J'escalada l'éboulis jusqu'a pouvoir passer tête et bras sous le tableau de bord et pris le masque. Merde, il s'est cassé. Je le laissa tomber en soupirant de déception et redescendit a nouveau.

Je repris la malette et éclaira le couloir qui se défilais devant moi. Manifestement très long. Très poussiéreux. Hormis ça très net, très régulier, très droit, rien qui dépasse ou qui tâche. Hormis...Une trainée de sang. Une fine trainée parsemée de traces de pas qui s'en étaient salies. Une grande pointure d'humain, ou d'ado' Na'vi. Je me rapella qu'avant de partir, j'avais entendu des échos des compagnons de Xelloss que lui et une Na'vi qui était avec lui avaient été blessés, et un morceau de bras retrouvé. Il y avais en fait deux traces de pas différentes, presque de même taille, mais l'une suis la trainée de sang, l'autre marche près d'elle. Mais à côté, dans la poussière, d'autres traces étaient visibles en y regardant bien. Des traces plus légères. Comme des sandales. Les empreintes de pieds devaient être a la Na'vi blessée, et les sandales à Xelloss. Il portait des sandales lui? Je ne m'en souvenais plus, mais ça avait peu d'importance. Apparement, ils ont été trois à être pris dans l'éboullement, et les trois, ou au moins deux, s'en seraient sortis. Et j'étais maintenant seul sur leurs traces. Je serra la poignée du médikit dans ma main gauche et avança dans le long couloir en suivant la trace de sang.


Pendant ce temps, a Hell's Gate.


William : -Crrrrrrrrr- vez- zzzzzzzzzzzz – iam Hell's Gate vous me rec-shrrrrrr
Paul : William ici Hell's Gate on te reçois très mal, l'orage est pas encore passé?
William : Négat-frzzzzzzkkkkkkrrrrrrrr- tré un problème, y'a -shhrrrrrrkrrr-
Paul : Répète, on a pas tout eu, vous avez rencontré un problème c'est ça?

Derrière la masse d'humains entassés devant l'écran de communication qui affichais ce qu'il pouvait, Ale'yah, livide, écoutais, les oreilles basses. Après plusieurs tentatives désespérées, William parvins a se faire entendre.

William : Il y a -krrrr- boulement, d'un seul coup, et Fred' a -shhrrrrrrr- as pu sortir, il s'est fait ensev -frrrrrrrr- essaie de le sortir mais -rrrrzzzzzrrrrrr pas ou il est....
Paul : Fais de ton mieux, on va voir ce qu'on peut vous envoyer dès que l'orage est passé.
William : Ok mais y'en a enc-ggggsssshhhhhh- bout de temps.
Paul : Rapelle nous dès que t'as du nouveau, terminé. -clic- Ale'yah...

Tous les scientifiques et techniciens se retournèrent pour voir la Na'vi a genous au milieu de la salle, les bras croisés, s'étreignant elle même, et sanglotant a chaudes larmes. Tous eurent le coeur brisé pour elle, imaginant tout juste la peine qu'elle pouvait ressentir. Paul dit à tout le monde de se remettre au boulot pour obtenir des infos, tandis que lui allais s'occuper d'essayer de calmer la Na'vi.


De retour dans les sous sols de l'avant poste...


Je suivais le couloir depuis maintenant presque 3 minutes. A un endroit, les traces de sang s'étaient arrêtés, laissant une petite flaque, puis plus de sang. Apparement, Xelloss et celui qui l'accompagne avaient pris le temps d'improviser un pansement à la blessée. Le couloir sombre continuais, terriblement lassant et angoissant. Seules les traces de pas dans la poussière me fesaient penser que j'allais bien vers eux, autrement, je me demande si, seul dans ce tunnel sans lumière, je n'aurais pas préféré tenter de faire la taupe jusqu'à la surface.
Et puis enfin, au loin, ce qui ressemble a un fond, et heureusement, avec une porte. Je me posta devant elle pour y lire ce qui y était écrit.


[secteur 9]
[Infirmerie – SELF – Ateliers mécaniques – salles de repos]


C'te veine, tomber sur ce secteur là. Je regarda par terre et eut la confirmation que les survivants que je recherchais avaient bien franchi cette porte. Mais comment? Ca ressemble a une porte automatisée, pas de poignée ni de- Ah là, a côté. Un bête bouton carré, ça fait limite vieux. Je le pressa et instinctivement me mis en garde. La porte s'enfonca de quelques centimètres dans le mur puis glissa dans celui ci. L'ouverture nouvellement crée était aussi noir et insondable que le couloir derrière moi. Je ravala ma salive, serra les dents, et entra.
De ma lampe, je pouvais voir un autre couloir, plus étroit, s'étendre devant moi, une hauteur sous plafond plus basse, et des portes a droite et a gauche menant a des salles. Je fis un autre pas et la porte derrière moi se ferma. Pourtant, dans cette obscurité, j'avais toujours l'impression de pouvoir me faire attaquer dans le dos. J'avança doucement, éclairant un peu partout avec ma lampe, jusqu'à pouvoir passer la tête dans la première salle à gauche. C'était un genre de point de contrôle, là ou un gardien derrière une vitre contrôle les badges des employés. La salle en face était fermée, sûrement un local avec la matériel confisqué mis sous clé. J'avança alors encore un peu, et arriva a une intersection. Des petits panneaux indiquaient les ateliers et l'infirmerie a gauche, le self a droite. Avec au moins une blesse, ils avaient forcement pris a gauche.
En m'engageant dans ce couloir, je remarqua que le mur a ma droite etait un vitrage a partir d'une demi hauteur d'homme, comme si on marchais dans l'anneau central des galleries d'un centre commercial. Et normalement, si on regarde a travers la vitre, on doit pouvoir admirer toute la hauteur des étages. Mais regarder a travers une vitre ou il fait nuit noire derrirèe, non merci. J'avançais donc en me forcant à éviter d'inventer ces fameux “je crois que j'ai vu un tuc bouger du coin de l'oeil”  et éclairais le sol devant moi. Je passa devant plusieurs salles dont un rapide coup d'oeil et quelques demi arrêts cardiaques en croyant éclairer une silhouette me suffisaient pour savoir que ce n'était pas l'infirmerie. Et puis enfin, deux portes avec une grosse croix rouge dessus.
J'en ouvris une doucement, fesant le moins de bruit possible, ne parvenant pas à me convaincre que je devrais gueuler pour me faire entendre par ceux que je cherchais. J'avais trop peur d'attirer autre chose. Je fis trois pas dans l'infirmerie, ou plutôt la salle d'attente. Devant un guichet, là ou la secrétaire réceptionne, des chaises a droite et à gauche pour les attentes, et derrière le guichet, un couloir à droite menant apparement à un bloc opératoire, à gauche la salle de consultation du médecin généraliste. J'étais en train de me demander vers lequel me diriger en premier quand un léger bruit et un souffle me firent tréssaillir...

Moi : XE- humpf!

Quelquechose comme une barre de métal venais de me faucher derrière les mollets, me fesant partir en arrière, les jambes en l'air, lachant ma lampe et mon médikit. Avant même que je puisse comprendre quoi que ce soit, un trait de lumière bleue passa en un éclair dans mon champ de vision et un autre coup en plein milieu du torse me plaqua au sol, ma tête heurtant le sol en un bruit sourd, accompagné de son de l'air qui sors brusquement de mes poumons. Et là encore, trop rapidement pour que je réagisse, quelquechose, quelqu'un, s'était assis sur moi et pressait un truc metalique assez pointu contre ma gorge.
Mon premier reflexe fut de gémir de douleur, le choc plus la surprise laissaient mon cerveau complètement en vrac. Je porta doucement une main a mon crâne, esseyant de retrouver mes esprits, et put entrouvrir les yeux. Ma lampe tombée éclairais le mur a droite, laissant mon agresseur dans le noir. Mais pas le noir complet. Apparement, ce qu'il pointais contre ma gorge irradiais une petite lumière bleue. Mais pas assez forte pour que je puisse seulement discerner les mains tenant cette arme. Alors que je voulu baisser la tête pour regarder qui me chevauchais ainsi, mon agresseur poussa la pointe sous mon menton, me forcant a regarder le plafond.

Inconnu : Nxe uho 0ei?
Moi : Nnngghgghkoi?
Inconnu : Nxuk uho 0ei teadw xoho?
Moi : Je...je comprends rien, je parle pas le Na'vi.
Inconnu : Vhaodt eh odom0?

Je me forca a rester calme, lutant entre l'envie de me débattre, de me tenir la tête pour calmer le pivert qui creusais son nid dans mon cerveau, et l'envie de hurler contre cet assaillant. Je rassembla mes pensées non endommagées et essaya de comprendre ce que voulais dire tout ça. Déjà, au son de la voix, c'est une femme. Ca ressemblais a du Na'vi mais...en reflechissant, ma gorge toujours menacée, mon agresseur me laissant préparer ma réponse, je commença a comprendre que quelquechose n'allais pas dans ces phrases. OdomO...OdomO....j'avais clairement entendu ça, et une des règles du Na'vi me revint miraculeusement en tête. Les Na'vis l'utilisent pas la lettre D! Super alors non seulement ça cause pas francais, mais pas Na'vi non plus! Anglais peut être?

Moi : Who are you?
Inconnu : Udjnoh m0 giojkaedj vahjk!

La pointe pressa encore sous la gorge, et une lumière rouge se mit à luire contre ma peau, émanant de l'arme mystérieuse, émettant une chaleur devenant vite inquiétante. Je serrais encore plus les dents, à m'en faire saigner les gencives. Me seules pensées furent “Merdemerdemerdemerde elle va me trucider avec son machin là mais j'ai jamais entendu un truc pareil moi...”. Et puis soudain, un autre souvenir remonta, pas si vieux que ça. Si. J'ai déjà entendu ce language. Et cette lumière rouge...

Moi : Krystal?

teranas:
Rien ne bougea pendant 2 secondes qui parûrent bien longues et dont ma migraine profita pour tambourriner encore un peu l'arrière de mon crâne. La lueure rouge s'éteignit et une main griffue me saisi au col pour me redresser, tandis que la lumière bleue de l'arme s'intensifia fortement jusqu'à baigner tout le hall dans une ambiance tamisée. Un visage s'approcha du mien, et je me retrouvas bel et bien nez à truffe avec Krystal, la mystérieuse femme renarde bleue  qui me regardais d'un air inquisiteur. Elle semblais terrifiante avec ce regard.

Krystal : Xen te 0ei bden m0 dumo?
Moi : Krystal, je...je comprends plus, je comprenais avant mais là je comprends plus, c'est moi! Tu me reconnais pas?
Krystal : Jacodso. Te dek melo.

Elle lâcha mon col et posa sa main sur mon front. Ca aussi me revins en tête. Elle savais échanger les conaissances de language avec un interlocuteur qu'elle ne comprends pas ou inversement. Je sentis des choses rentrer dans ma tête et d'autres en sortir, comme l'autre fois, mais je me rapella pourquoi elle me reconaissais pas et que je ne la comprenais plus. On ne s'étaient cotoyés qu'avec mon avatar. Une fois fini, elle retira sa main et approcha a nouveau sa gueule pleine de petits crocs devant moi.

Krystal : Den, xen te 0ei bden m0 dumo? Nx0 aj 0eih vuso dek jkhudwo veh mo?
Maintenant, comment connais tu mon nom? Pourquoi ton visages ne m'est il pas inconnu?
Moi : Krystal, c'est moi, dis je en mettant mes mains sur mon torse. Teranas. On s'est rencontrés avec mon corps d'avatar, ça c'est mon vrai corps.

Elle plissa les sourcils, ses deux imensses yeux bleux ressassant quelques souvenirs. Elle s'approcha encore, au point que sa truffe légèrement humide touche le bout de mon nez, j'avais l'impression qu'elle sondais au fond de mon âme. Puis elle se leva, écarta le bâton de mon visage et me tendis la main.

Krystal :0ei jfoub kxo khikx, A'm jehh0. A neict'dk olod hosewdaqo 0ei ad kxo cawxk.
Tu dis vrai, je suis désolée. Je ne t'aurais même pas reconnu à la lumière. 

Je pris sa main en affichant un grand sourire de satisfaction et de soulagement. Elle me redressa sans effort, alors que moi, je dus faire attention à pas retomber, le crâne encore en train d'aider le cerveau a recoller les morceaux. Je me frotta cette partie en grognant, Krystal posa sa main sur la mienne, visiblement désolée.

Krystal : Jehh0, tat A houcc0 xihk 0ei?
Désolée, je t'ai vraiment fait mal?
Moi : Tu aurais pu faire pire....
Krystal : 0oj. Uho 0ei xoho ke xocf ij?
Oui. Tu es ici pour nous aider?
Moi : C'était l'idée au départ, mais je suis dans la même galère que vous au final.
Krystal : Semo,dit elle en me prenant la main et voulant m'emmener. 0ei'cc hocuko nakx kxo ekxohj.
Viens, tu raconteras avec les autres.
Moi : Oui, euh, une seconde, j'arrive.

Je ramassa ma lampe, même si le bâton de Krystal fesait très bien l'affaire maintenant, et mon médikit, puis la suivi. Elle m'emmena vers le couloir menant à la salle d'opération, franchis une porte, un couloir encombré de matériel ouvert à la va vite, de brancards bazardés contre les murs, une autre porte, et elle s'arrêta en entrant dans une salle d'opération. Je n'y voyais personne, mais avant que je puisse le lui dire.

Krystal : Kxuk'j mo, 0ei sud wok eik.
C'est moi, tu peux sortir.

Sur notre droite, une tête sorti de derrière d'un genre de commode a roulettes utilisé pour contenir le matériel d'opération. Une tête que je reconnu aussi vite qu'elle me reconnu.

Xelloss : Nom de Zeus! Un grand Teranas.
Moi : Tiens, un aimant à emmerdes.

Il sorti de sa cachette et en deux bonds joyeux fut devant moi, bombant fièrement le torse. Il avais une grosse éclaboussure de sang séché sur lui, mais pas de pansement, et pas l'air d'un gars mortellement blessé.

Xelloss : T'es moins impressionant tout de suite dans ce corps.
Moi : Toi tu l'es dans aucun des deux. T'es tout seul?
Xelloss : Nan, fit il en se dégonflant, la vanne ayant apparement piqué. La petite Piwopx est dans salle à côté, en mauvais état, elle a perdu la moitié d'un bras et beaucoup de sang.
Moi : J'ai ça, dis je en montrant ma malette de premiers secours. Si ça peux aider.
Xelloss : Peut être. Amène toi, on va voir ce qu'il y a dedans.

Il m'emmena à la salle annexe au bloc où le chirurgien et ses assistants se préparent dans un secteur stérile avant opération. Une fois la porte ouverte, je découvris une pièce mise à sac de tout le matériel de réserve prévu pour le bloc, mais aussi une lit improvisé sur lequel gisait une enfant Na'vi inconsciente, très pâle, avec un bras semi sectionné enroullé dans des bandages rougis, et une masque à oxygène sur le visage. Xelloss me demanda mon médikit, que je lui confia, après quoi il l'ouvris et sembla ravi de trouver des bandes propres, des aiguilles, et de la pénicilline.

Moi : Gardes m'en une dose de côté tu veux?
Xelloss : T'es blessé aussi?
Moi : Non, mais je pourrais en avoir besoin, je t'expliquerais.
Xelloss : Pourtant t'as la face couverte de coupures, tu t'es roullé dans des ronces?
Moi : Des coupures? Ah non, je sais ce que c'est.

Xelloss ne répondis rien, occupé a changer le bandage au bras de la petite qui restait dans les vappes. Lorsqu'il retira le tout, je pus voir, un peu écoeuré, une coupure nette et bien droite, pas comme si elle l'avais perdu en étant broyé dans l'effondrement.

Moi : Pourquoi ce masque sur son visage?
Xelloss : C'est de l'air terrien ici, alors j'ai pris des masques a oxygène dont j'ai bouché les filtres. Du coup, l'air dedans est plus concentré en carbone et ça nous permet de tenir, j'ai le mien aussi, que je met régulièrement.
Moi : Et Krystal?
Krystal : Ak ceebj cabo A sud rhoukxo kxo kne jehkj ev uah.
Apparement, je peux respirer les deux sortes d'air.
Xelloss : Nan mais de quelle planète elle viens sérieux? Dans 10 minutes on va apprendre qu'elle peut voir toutes les couleurs hors du spectre lumineux. Pas étonnant que l'autre sadomaso veuille la disséquer.
Moi : Hein? Qui ça?
Xelloss : Le sadomaso transformiste dans ma tête. Tu te rapelles?
Moi : Comment l'oublier?
Xelloss : Difficile ouais.

Xelloss finis de refaire un pansement neuf à Piwopx, après quoi il pris une seringue, une aiguille, lui posa un garrot, et lui fit une injection de pénicilline. Il pris ensuite les deux seringues inutilisées restantes, se mit le garrot à lui même, et se tira deux seringues pleines de sang.

Moi : Tu vas lui donner de ton sang?
Xelloss : C'est risqué, mais vu ce qu'elle a perdu, et ce qu'elle perdra encore avec une telle plaie, elle a peu de chances de s'en sortir. Je vais lui en remettres un peu régulièrement.
Moi : Vous avez trouvé de la nourriture et de l'eau? Ca peut aider.
Xelloss : Oui on en a...trouvé, grinça t'il alors qu'il venais de se piquer seul. Mais elle peut rien consommer inconsciente.
Moi : Tu as besoin de quelquechose d'autre?
Xelloss : C'est dejà baucoup vu notre situation, sauf si t'as amené l'équipe médicale de Hell's gate dans ta poche.
Moi : Non désolé.
Xelloss : Je lui transfère ça et on pourra causer.

Après lui avoir injecté une part de son sang et vérifié sa température et son état de somnolence, Xelloss se tourna vers nous, assis en cercle autour du cristal bleu lumineux du bâton de krystal. Il mis son masque sur le visage, car apparement il en avais besoin, et commença, de sa voix un peu étouffée.

Xelloss : Tu te demandes sûrement comment on a aterri ici aussi miraculeusement, hein?
Moi : Plutôt oui, un batîment entier s'est ecrasé sur vous quand même.
Xelloss : Et bien c'est gràce à la Miss à poil bleu là, fit il en désignant Krystal du regard, qui ne paru pas sourire en entendant ça, étrangement. Alors que tout était sur le point de nous aplatir comme des tranches de saucifflard, elle a surgit d'un seul coup de ma besace et a réagi au quart de tour. Elle a planté son bâton sur le sol et ça a aussitôt fait un dôme protecteur autour de nous. Malheureusement...
Krystal : A tat'dk wuk vujk odeiwx, fit Krystal en baissant la tête.
Je n'ai pas été assez rapide.
Xelloss : Tu as fait de ton mieux Krystal, tu n'y pouvais rien.
Moi : Le bouclier vous a pas protégé?
Xelloss : Au contraire, absolument impénétrable. Rien ne rentre, rien ne sors. Mais c'est à cause de cette trop puissante protection qu'il y eu une blessée. Sinon on s'en seraient tous sortis indemnes.
Moi : Je comprends pas.
Xelloss : Dans le feu de l'action, juste au moment ou Krystal est sortie, ma besace m'a échappé. Et le premier reflexe de Piwopx, en sachant que cette besace me quittait jamais, a été de vouloir la ratrapper, même si le plafond était à un chouya de nous écraser. Heureusement le bouclier s'est refermé sur nous, mais aussi sur son bras tendu, et l'a sectionné net.

J'écarquilla les yeux en imaginant la scène. Quand on a appris avoir retrouvé un bras, on s'attendais a trouver le corps lui appartenant mort. Ce serait triste évidemment, mais une enfant, se faire couper un bras et rester parfaitement consciente de la douleur, plus le chaos environnant de l'effondrement...
Krystal gardais la tête baissée, gênée, se sentant coupable, mais Xelloss avais raison, elle n'y pouvait rien.

Xelloss : L'effondrement nous a amené jusqu'a ce sous sol, qu'une part de l'éboulement avait percé a travers le plafond. Comme le bouclier est sphérique, on glissais a travers les gravats et on a atteri presque les premiers dedans, puis roulé dans le couloir. Ca aurais pu être drôle si la petite se vidais pas de son sang sur moi qui essayais de la calmer. Donc on a marché, vu qu'il y avais pas d'issue, et on a aterri ici, je sais même pas combien de temps ça fait.
Moi : Quelquechose comme 2-3 heures, peut être 4. Je suis partie quand on a reçu un appel de tes compagnons qui nous ont tout raconté. J'ai voulu y aller avec mon avatar, mais j'ai eu...j'ai pas obtenu l'autorisation.
Xelloss : Paul ou ta femme?
Moi : Ma femme. D'ailleurs Paul en a mangé une paire aussi.
Xelloss : Pourquoi ça m'étonnes pas? fit il avec un petit sourire narquois au coin des lèvres.
Moi : On est donc partis avec des AMP, moi et un autre gars. Je sais même pas si il est encore vivant. 'Fin on nous a largué sur le site, on a commencé a fouiller les décombres. On s'est même pris un orage sur la gueule. Pis à un moment, on a trop remué, et ça s'est de nouveau éffondré dans le tunnel. Ma machine a été emportée, celle de William, je sais pas. Je me suis évanoui, en me réveillant, j'étais ensevelli, seul le cockpit de l'armure m'avais empêché de me faire broyer. J'ai quand même pu m'en sortir, et en arrivant dans le tunnel, j'ai trouvé une trainée de sang, et ça m'a mené à vous.
Xelloss : Comment t'as pu t'en sortir? T'avais quasiment rien sur toi ou quoi?
Moi : Si, il y avais des rochers, de plusieurs kilos, je les ai dégagé.
Xelloss : Attends, je croyais que Paul, t'avais interdit d'Avatar parce que tu t'atrophiais.
Moi : Il m'a filé ça au cas où.

Je fouilla dans une de mes poches et en sortie la barre energétique a moitié consomée. Xelloss ouvris de grands yeux, car apparement il savait ce que c'est. Krystal, la mine toujours désolée, regarda la barre avec un regard interrogateur.

Xelloss : Des Cyberboost Proenergy. C'est réservé aux militaires et athlètes augmentés ça, je savais pas que t'en avais.
Moi : J'en ai pas.
Krystal : Nxuk aj ak? Veet?
Qu'est ce que c'est? De la nourriture?
Moi : Oui, mais pour un certain type de personnes, et j'en fais pas partie.
Krystal : Je, aj ak tudwoheij?
Alors, c'est dangereux?
Moi : Oui, je dois pas en prendre trop. Ca me renforce, mais ça m'empoisonne le corps.
Krystal : Kxo khio jkhodwx semo nakxad, rik, kxuk'j khio, 0ei'ho houcc0 jbadd0...
La vraie force vient de l'intérieur, mais, c'est vrai que tu es maigre...

Alors ça, si je m'y attendais...

Xelloss explosa de rire, sans surprise. Avec le calme morbide et les échos des grands couloirs, son rire était presque effrayant, comme si un malade mental était pris d'une crise de démence. Une fois calmé, il essuya une larme, Krystal essaya d'estomper le petit sourire malicieux qu'elle avait au coin des lèvres, et moi, je soupira, non sans admettre intérieurement qu'elle avais raison.

Xelloss : Je comprends mieux pourquoi tu veux garder de la Peni' en reserve.
Moi : Ouais, on sais jamais, si je suis obligé de devoir en reprendre trop tôt.
Xelloss : Et le QG vous a envoyé que vous deux pour venir nous chercher?
Moi : Bah, on étais tous a peu près sûrs que vous étiez morts, on allait pas envoyer tout ce qu'on a pour le vérifier. En plus avec cet orage qui approchais.
Xelloss : Donc on est livrés à nous même pour combien de temps?
Moi : Je....peux pas te dire...Si Will' a survécu a l'effondrement, il apellera des secours, si il parviens a se faire entendre, mais de toute façon, ça devras attendre que l'orage passe. Si il s'en est pas tiré...ils s'alarmeront quand ils trouveront que ça fait trop longtemps qu'on réponds plus, et là aussi, ce sera après l'orage. Si je me rapelle bien, on étaient sur les lieux depuis moins d'une demi heure quand je suis tombé, la tempête venait de commencer, et je sais pas combien de temps je suis resté sous les décombres.....Non je peux pas dire combien de temps.
Xelloss : Dans ce cas, dit il en se levant, allons faire le tour du propriétaire, y'a que ça à faire.
Moi : Ouais, bien d'accord.

Xelloss, Krystal et moi nous levâmes, s'apprêtant pour aller en exploration. La petite Piwokx semblait respirer un peu plus calmement, mais toujours le visage pâle. Il mesura son pouls, sa temérature, puis acquiesca en en déduisant qu'elle pouvais être laissée au repos quelques temps. Je pris le reste de mon médikit, Xelloss pris un barreau en métal qui trainais, Krystal avait son bâton en main, qui émettais en continu la seule source lumineuse. Je gardais malgré cela ma lampe torche a la ceinture. Une fois prêts à partir, ils couvrirent d'un drap la petite Na'vi et camouflèrent plus ou moins sa présence en faisant du désorde autour, discrètement. Puis ils sortirent tous du bloc médical et arrivèrent dans le couloir qui fesait le tour de l'étage et de l'imensse vide se trouvant au mlieu de cet anneau de baies vitrées. Je pointa ma lampe vers la vitre face à nous, maintenant moins apeuré d'y regarder, et parce que la lumière diffuse du bâton n'était pas assez forte pour éclairer loin. La lampe éclairais l'autre bout de l'anneau qui fesait l'étage, mais aussi un imensse plafond au milieu. Comprenant maintenant que nous étions au dernier étage, je m'avança, peu rassuré, et pointa ma lampe vers le bas.
Au bas mot, une trentaine d'étages. Les 20 en dessous de nous étaient similaires, une grand anneau dont l'intérieur n'étaient que des vitres, et on ne pouvais rien voir de particulier d'ici. Mais sur les 10 derniers, on pouvais voir au milieu comme une imensse unité centrale, pleine de cables, de tôles, de circuits et de composants éteints. Des passerelles et conduits de cables reliaient ce processeur géant a certaines pièces des étages a sa hauteur. En l'éclairant, malgré la hauteur et la pénombre, je pus apercevoir un chemin pour rejoindre cette machine, avec a son pied ce qui ressemblais a un grand écran et des claviers. Xelloss et Krystal avaient vu comme moi.

Xelloss : Et bah ça commence bien, je sais déjà où je veux aller.
Moi : Ca m'étonnerais que tu l'allumes juste en appuyant sur ON, si tant est qu'il y ai du courant.
Xelloss : On verra, mais si quelquechose peut nous renseigner sur cet endroit, ce sera cet ordi géant. Faut trouver des escaliers.
Moi : Ouais, allons trouver ça.

Krystal ouvrait la marche, puisque fournissant la lumière, Xelloss ensuite, moi en arrière garde. Après être passé devant quelques salles aussi poussiéreuses et bordeliques que les autres, nous finîmes par trouver un petit logo indiquant ascenceur et escaliers. Krystal ouvris la porte batante, le bruit résonnant a travers les milliers de marches. Je ravala ma salive en regardant l'escalier s'enfoncer dans l'ombre.

Xelloss : Et bah grand Tera', t'as peur?
Moi : Trop de jeux d'horreur étant jeune...

Maudit SCP 087...

SpoilerNe faites surtout pas de recherche là dessus si vous êtes facilement impressionable, c'est un sujet vivement déconseillé aux plus jeunes et aux personnes sensibles.

teranas:
Le trio d'exploration entama donc la descente, Krystal ne semblant pas impressionée le moins du monde, Xelloss se proposant d'assurer l'arrière garde, pour me rassurer, ou bien pour se payer ma face discrètement. Les marches en tôles striées vibraient et résonnaient a chaun de nos pas, malgré notre descente lente et mesurée, a l'affût de tout bruit qui ne serait pas de nous. A chaque paleir, nous ouvrions la porte de l'étage pour voir ce qu'il s'y trouvais. A chaque fois, rien que le noir, la poussière, et des étages évacués a la va vite. Nous ne nous arrêtions jamais pour les explorer. Notre priorité restait l'unité centrale en bas.
31 étages plus bas, la fatigue commencais à me gagner. L'effet de la barre énergétique s'estompais, et si je me rapellais bien, à partir de maintenant, je devais attendre au moins une heure pour en consommer a nouveau sans risque. Heureusement que nous étions en bas. La porte ouvrant sur ce dernier étage était blindée, avec une ouverture contrôlée par code et reconaissance digitale. Et fort heureusement, elle était surtout entrouverte. Xellos se proposa de passer devant, pour voir si aucune autre mesure de sécurité ne nous attendais derrière. Après 2 minutes de silence, il nous apella pour le suivre.
Un couloir assez large s'ouvrit devant Krystal et moi, régulièrement jalloné de lumière sur le sol pour baliser le chemin. Enfin, c'est ce qu'on pouvais deviner puisque plus rien ne fonctionnais. En regardant autour de nous, je repéra dans l'angle mort après avoir passé la porte une Intellicam, et juste à côté, un mitrailleuse automatisée, heureusement, toutes deux hors d'usage. Une cinquantaine de mètres plus loin, le couloir se terminais en passerelle surplombant un vide. Krystal y dirigea son bâton, nous permettant de voir qu'il sagissait des fondations de l'unité centrale, ses branchements, alimentations, cables réseaux, boitiers de réglage manuel et j'en passe. Et la fameuse machine, assez intimidante une fois au pied, se tenais là, au milieu de cette grande tour creuse, tous ses cables étendues dans toutes les directions comme une toile d'araignées.
Xelloss s'avança jusqu'au pupitre à la base de la machine. Un seul clavier, un micro, et une multitude d'écrans. Il posa ses affaires a ses pieds, examina le tout et remarqua quelquechose qu'on ne pouvais voir que de près. Un voyant clignotant très faiblement en vert. Xelloss se tourna vers nous.

Xelloss : Si c'est ce que je pense, la machine peut repartir.
Moi : Elle est en veille?
Xelloss : J'ai l'impression oui. Si je la fais repartir, je ne sais pas si elle seule se remettra en marche, ou tous les systèmes, dont la sécurité.
Moi : Merde! Les caméras et armement risquent de pas bien nous blairer!
Xelloss : Exact. Il faudrai les neutraliser avant de relancer ça, pour être sûr.
Moi : Krystal peut les détruire.
Xelloss : Non. Neutralisez les simplement. Les Intellicams sont conçues pour sonner l'alarme aussitôt qu'elles sont endommagées.

J'emmena Krystal au début du couloir en lui expliquant qu'il ne fallais pas abîmer au moins la caméra. Je lui proposa de me soulever pour que je puisse voir si je pouvais débrancher à la main, mais elle me dit avoir une meilleure idée. Elle se placa en dessous , dirigea son arme vers les deux machines, et un souffle bleu sorti de la pointe de son bâton, émettant le bruit d'un courant d'air dans une grotte. En quelques secondes, la caméra et la mitrailleuse furent recouvertes d'une épaisse couche de glace solide, brillante et transparente. Je m'emerveilla une fois encore devant les capacités de son bâton, que, il faut bien l'admettre, la science telle qu'on la connais ne pouvait expliquer. Ceci était de toute évidence magique. Ou bien, il nous faudrait encore 1 ou 2 siècles pour le comprendre.

Krystal : Aj kxuk odeiwx?
C'est suffisant?
Moi : Oui, avec ça, on sera tranquilles un moment.

Nous retournâmes tous deux auprès de Xellos qui était resté devant le pupitre, en train de l'étudier après en avoir grossièrement chassé la poussière.

Moi : La sécurité au bout du couloir est neutralisée.
Xelloss : Ok, j'en ai pas vu d'autre aux alentours. On risque pas de se faire trouer le buffet dans l'immédiat. Mais au cas où, Krystal, prépare toi à intervenir et faire ton tour de magie.
Krystal : Jiho.
Bien sûr.

Xelloss appuya sur le voyant vert. Celui ci cessa de clignoter aussitôt. Mais à première vue, rien ne se passa. Puis l'écran principal, au centre, juste au dessus du pupitre, s'alluma, affichant juste un fond noir. Puis une ligne de texte s'afficha dans le coin supérieur gauche.

>Redémarrage_
>Source d'énergie principale innefective_
>Entré en mode économie de batterie_
>Charge restante 6%_
>Autonomie estimée 11 minutes_
>Modules de dialogue avancés désactivés_
>Modules de dialogue primaires activés_
>Séquenceur Universel A.B.A.T.H.U.R. En ligne_
>Attente des instructions_
>_

Xelloss et moi regardions l'écran un peu décontenancés. L'interface utilisée était certes très archaïque, mais le peu de batterie restant justifiait cette utilisation peu coûteuse. Nul doute vu le matériel présent que cette machine aurait pu parler ou être questionnée via le micro sur le pupitre. Krystal elle ne semblais pas tout comprendre. Peut être qu'à l'écris, son don de traduction ne fonctionne pas.

Krystal : Nxuk teoj ak moud?
Qu'est ce que ça veut dire?
Xelloss : Que cette saleté n'a plus que quelques minutes avant de nous claquer dans les doigts. Il va falloir vite lui tirer tout ce qu'on peut.

Xelloss s'empressa de tapper sur le clavier, sa question apparaissant en même temps à la suite de la ligne de texte, ou presque.

→ Qull st a fci?_
>Traitement de la requête_
>Requête confuse_
>Reformulez_
>Usage du micro recommandé_

Xelloss : Saleté, le clavier est à moitié mort, j'espères que le micro sera plus coopératif.

Prenant le micro en main, il parla distinctement, en détachant les mots. Ceux ci apparurent à l'écran, entiers cette fois ci.

→ Quelle est ta fonction?
>Traitement de la requête_
>Requête reçue_
>Démarage du module de dialogue avancé_
>Charge restante 6%_
>Autonomie estimée 11 minutes_
>_

Les enceintes grésillantes de la machine crachèrent un son ignoble, une voix robotisée, caverneuse et parasitée, exprimant ce qui s'affichait à l'écran. Sa voix appeurante résonnais dans le complexe entier.

Spoiler Pour connaitre sa voix, c'est par ici


>_
>Séquenceur Universel de classe 2   A.B.A.T.H.U.R._
>Complexe informatisé de gestion des tâches suivantes_
>Récolte de cellules à partir d'organismes ou de minéraux_
>Etude approfondie des chantillons_
>Synthétisation des cellules inconnues à ce jour_
>Recherche d'expérimentations permettant l'utilisation d'échantillons avantageuse_
>Tentative de création de nouveaux composés_
>Tentative de création de composés existants améliorés_
>Expérience de réatribution des cellules sur tierce sujet_

La dernière ligne nous fit tiquer, Xelloss et moi. Krystal n'avais pas l'air de tout comprendre, mais elle fit la moue en voyant Xelloss et moi nous concerter du regard. Il posa aussitôt une nouvelle question.

→ Quelle était la dernière exprimentation qu'il t'a été demandé?
>Traitement de la requête_
>Requête reçue_
>_
>_
>Etude des spécificité de la race indigène Na'vi_
>Extraction de cellules souches spécifiques_
    >Lacération de la chair_
       >Etude de la pigmentation_
          >Pigmentation résultante d'une évolution cellulaire permettant un camouflage accru_
             >Sans intêret_
       >Etude des resistances physiques des tissus_
          >Resistance mécanique semblable aux tissus humains_
             >Sans intêret_
    > Broyage des os_
       >Etude des tissus du squelette_
          >Etude des resistances physiques des échantillons_
             >Resistance de l'ossature supérieur au squelette humain de 108%_
                >Début des tentatives de recréation pour implantation_
    >Etude du système nerveux_
       >Etude compliquée_
          >Etude écartée temporairement_
             >Etude ultérieure approfondie impérative_
    >Dissection du cerveau_
       >Etude de la région Lobe Prefrontal_
          >Découverte d'une sensibilitée singulière aux champs magnétiques telluriques_
              >Sans intêret_
       >Etude de la région Occipitale_
          >Etude des signaux échangés entre la région frontale et la Natte_
              >Echange de données entre organismes biologiques intêressante_
                 >Expérience ultérieure de tentative de recréation du système_
                    >Tentative d'adaptation sur humains_
    >Etude des globes occulaires_
       >Decouverte d'une vision nocturne_
          >Expérience ultérieure de tentative de recréation de la vision nocturne_
            >Tentative d'adaptation sur humains_
    >Etude des tissus musculaires_
       > Decouverte d'une structure inédite des cellules myocytes_
           >Etude des resistances physiques des échantillons_
               >Production de force biomécanique supérieure à la structure humaine de 387%_
                    > Début des tentatives de recréation pour implantation_
                         > Expérimentations passées en Code 5 Prioritaire_
                             >Toutes ressources solicitées pour expérimentation_
>_

Xelloss, Krystal et moi étions sous le choc. Cette machine, et l'équipe qui coordonais ses expériences, avaient disséqué des Na'vis pour en tirer leurs forces et les attribuer a des humains. Xelloss repris le micro.

→ Les implantations des avantages Na'vis sur des humains ont elles réussi?
>Traitement de la requête_
>Requête reçue_
>Charge restante 5%_
>Autonomie estimée 9 minutes_
>_
>_
>Négatif_

Alors que Xelloss et moi poussions un soupire de soulagement, Krystal, en retrait, restais profondemment attérée par ce qu'elle entendais. Elle découvrais une grande part d'ombre des humains. Xelloss prit à nouveau le micro, souhaitant approfondir la question.

→ Pourquoi ça n'a pas marché?
>Traitement de la requête_
>Requête reçue_
>_
>_
>Incompatibilité des séquences ADN_
  >Tentatives de conciliations cellulaire infructueuses_
>Rejet violent de la part des sujets_
  >Décès des sujets suite à l'autodestruction des cellules nerveuses_
     >Sujet 26 décédé 11 heures après opération_
     >Sujet 27 décédé 16 heures après opération_
     >Sujet 28 décédé 8 heures après opération_
  >Décès des sujets suite à l'autodestruction des organes par le système immunitaire_
     >Sujet 29 décédé 22 heures après opération_
     >Sujet 30 décédé 13 heures après opération_
     >Sujet 31 décédé 4 heures après opération_
     >Sujet 32 décédé 53 heures après opération_
  >ADN humain faible_
    >Trop peu évolué pour compatibilité des souches_

Avant que Xelloss ne puisse dire quoi que ce soit, je lui pris le micro et demanda, la voix tremblante:

→ Pourquoi vous les laissiez mourrir sans les achever?
>Traitement de la requête_
>Requête reçue_
>Charge restante 5%_
>Autonomie estimée 8 minutes_
>_
>_
>Gaspillage_
>Effort inutile_
>Sujets condamnés_

Je lâcha le micro, me laissant tomber assis, tremblant, choqué par ce que je venais de lire. Xelloss avait les oreilles collées au crâne, Krystal les avaient applatis. Mon manque d'énergie se fit sentir car je me rendis compte que j'avais le souffle court, ça en plus du tremblement dû à la colère et l'horreur de tout ce que l'on apprenait...

→ Quel groupe dirigeais les opérations ici?
>Traitement de la requête_
>Requête reçue_
>_
>_
>Information confidentielle_
>Nécessité d'un pass de niveau 11pour consultation des informations_
>Données protégées_
>_
>_
→ Quel était le nom du responsable des opérations ici?
>Traitement de la requête_
>Requête reçue_
>_
>_
>Information confidentielle_
>Nécessité d'un pass de niveau 11pour consultation des informations_
>Données protégées_
>_
>_
→ Saloperie, on apprendra rien de cette machine!
>Traitement de la requête_
>Requête confuse_
→ La ferme toi on t'as pas sonné!
>Traitement de la requête_
>Requête confuse_

Xelloss jeta le micro sur le pupitre, visiblement irrité de l'opposition que lui fesait la machine.

Xelloss : On saura pas qui était aux commandes ici.
Moi : Au moins, grinçais je en me redressant, on sais qu'ils ont pas atteints leurs buts.
Xelloss : Encore un coup tordu de la compagnie ça. Une filiale de scientifiques barges agissant sous un autre nom pour éviter les scandales quand ça s'apprends.
Krystal : Sud no ceeb veh couladw kxaj fcuso, fcoujo??
Pouvons nous chercher comment quitter cet endroit, s'il vous plait?

Xelloss me regarda, et nous hochâmes tous deux la tête, approuvant l'idée. Son air triste et abbatu nous fîmes tous deux grimacer, mais on était pas dans notre assiette non plus.

→ Où se trouvent les voies d'évacuation d'urgence en cas d'effondrement du complexe?
>Traitement de la requête_
>Requête reçue_
>Charge restante 3%_
>Autonomie estimée 4 minutes_
>_
>_
>Etage 6
  >Couloir Nord
>Etage 12
  >Couloir Est
>Etage 18
  >Couloir Nord
>Etage 24
  >Couloir Nord
>Etage 30
  >Couloir Est

Xelloss : Ok, allons y, tu vas y arriver Tera'?
Moi : Ouais, quand on sera devant la porte d'évacuation, allez chercher la petite, je vous attendrais devant.
Xelloss : T'es sûr que tu te feras pas dessus?Me railla t'il en posant le micro.
Moi : Non, à moins qu'il n'y ai quelquepart un nouveau spécimen! répondis je en insistant bien sur les trois derniers mots.

Au dessus de nos têtes, alors que nous passions la porte de l'escalier, l'Intellicam, en partie libérée de la glace, avait filmé, car rallumé par l'activation du Séquenceur Universel. Elle n'avait pas déclenché d'alarme en identifiant le groupe de 3 qui s'interessais à la dite machine, mais en revanche, elle captura quelquechose d'interessant. Une silhouette humanoide aux caractéristiques physiques non humaines.

L'écran principal du Séquenceur afficha quelques lignes, sans les répéter de vive voix.

→ Un nouveau spécimen!
>Traitement de la requête_
>Requête reçue_
>Information compilée avec système de sécurité_
>Charge restante 2%_
>Autonomie estimée 2 minutes_
>Découverte d'une nouvelle espèce_
>Obtention de l'essence impérative_
>Communication des données au relais principal_
>_
>_
>Données envoyées_
>Charge restante 1%_
>Autonomie estimée 1 minute_
>_
>_
>Extinction_
>_

Navigation

[0] Message Index

[*] Previous page

Go to full version