Author Topic: { Role-Play } Xelloss  (Read 19552 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.

Offline xelloss

  • Eyktan
  • Palulukan Makto
  • *****
  • *
  • Posts: 3302
  • Karma: 112
  • Ral... ke lì'u ! [ Le sens... pas le mot ! ]
    • La Ghost... (team bretonne d'Airsoft)
Re: { Role-Play } Xelloss
« Reply #140 on: August 27, 2014, 03:22:59 pm »
→ Pourquoi ça n'a pas marché?
>Traitement de la requête_
>Requête reçue_
>_
>_
>Incompatibilité des séquences ADN_
  >Tentatives de conciliations cellulaire infructueuses_
>Rejet violent de la part des sujets_
  >Décès des sujets suite à l'autodestruction des cellules nerveuses_
     >Sujet 26 décédé 11 heures après opération_
     >Sujet 27 décédé 16 heures après opération_
     >Sujet 28 décédé 8 heures après opération_
  >Décès des sujets suite à l'autodestruction des organes par le système immunitaire_
     >Sujet 29 décédé 22 heures après opération_
     >Sujet 30 décédé 13 heures après opération_
     >Sujet 31 décédé 4 heures après opération_
     >Sujet 32 décédé 53 heures après opération_
  >ADN humain faible_
    >Trop peu évolué pour compatibilité des souches_

Scratty : Il me faut ces données !
Moi : …

Perdu dans mes pensées et cherchant à recomposer le puzzle de cet endroit, je sens le micro quitter mes mains et regarde mon ami poser une question en tremblant.

→ Pourquoi vous les laissiez mourrir sans les achever?
>Traitement de la requête_
>Requête reçue_
>Charge restante 5%_
>Autonomie estimée 8 minutes_
>_
>_
>Gaspillage_
>Effort inutile_
>Sujets condamnés_

La réponse me laisse de marbre et alors que mes oreilles se plient, Teranas se laisse tomber assis, visiblement plus choqué que furieux sous le regard perplexe de la renarde.
Je récupère le micro et pose une autre question.
Dans mon esprit, je maudis la perte de la centrale électrique car un tel volume d'informations ne pourront jamais être placées sur un support externe.



→ Quel groupe dirigeais les opérations ici?
>Traitement de la requête_
>Requête reçue_
>_
>_
>Information confidentielle_
>Nécessité d'un pass de niveau 11pour consultation des informations_
>Données protégées_
>_
>_

Pass de niveau 11 ! Mon cul !

→ Quel était le nom du responsable des opérations ici?
>Traitement de la requête_
>Requête reçue_
>_
>_
>Information confidentielle_
>Nécessité d'un pass de niveau 11pour consultation des informations_
>Données protégées_
>_
>_
→ Saloperie, on apprendra rien de cette machine!
>Traitement de la requête_
>Requête confuse_
→ La ferme toi on t'as pas sonné!
>Traitement de la requête_
>Requête confuse_


Ma queue fouettant frénétiquement l'air dans mon dos, je plie les oreilles et envoie voler le micro sur le pupitre en feulant.

Moi : On saura pas qui était aux commandes ici.

Mon ami se relève en grimaçant.
Visiblement, l'effet de la barre de truc que lui avait refilé Paul ne faisait plus effet et dans pas longtemps nous allions devoir le porter.


Teranas : Au moins, on sait qu'ils ont pas atteints leurs buts.
Moi : Encore un coup tordu de la compagnie ça. Une filiale de scientifiques barges agissant sous un autre nom pour éviter les scandales quand ça s'apprend.
Krystal : Pouvons nous chercher comment quitter cet endroit, s'il vous plait?
Scratty : Hey ! Ca va pas ? On est dans une mine d'infos' ici !
             J'ai pas l'droit de dacouper l'aut boule de poils alors j'veux profiter des locaux !

Je hoche la tête en regardant Teranas qui fit de même devant l'air abattu de la renarde.
S'il y avait bien une facette que nous souhaitions lui cacher c'était celle là.
La noirceur des l'Humanité dans toute sa splendeur et sa capacité à traiter les organismes vivants avec mépris.
Délicatement, je saisis le micro en respirant profondément pour calmer mon envie de lui exploser sa face.


→ Où se trouvent les voies d'évacuation d'urgence en cas d'effondrement du complexe?
>Traitement de la requête_
>Requête reçue_
>Charge restante 3%_
>Autonomie estimée 4 minutes_
>_
>_
>Etage 6
  >Couloir Nord
>Etage 12
  >Couloir Est
>Etage 18
  >Couloir Nord
>Etage 24
  >Couloir Nord
>Etage 30
  >Couloir Est

Scratty : Encore faut'il que ces accès soient praticables…
Moi : Ok, allons y, tu vas y arriver Tera'?
Teranas : Ouais, quand on sera devant la porte d'évacuation, allez chercher la petite, je vous attendrais devant.
Moi : T'es sûr que tu te feras pas dessus?.
Teranas : Non, à moins qu'il n'y ait quelque part un nouveau spécimen !

Nous repartons vers le couloir et passant devant l'intellicam, je note que celle-ci est effectivement opérationnelle et libérée de sa gangue de glace.
Si j'avais été un peu plus concentré sur l'œil mécanique et non perdu dans mes pensées, j'aurai remarqué le décalage de cette dernière.
Sur l'écran du Séquenceur, une nouvelle série de lignes s'affichent alors que la porte du couloir se referme…


→ Un nouveau spécimen
>Traitement de la requête_
>Requête reçue_
>Information compilée avec système de sécurité_
>Charge restante 2%_
>Autonomie estimée 2 minutes_
>Découverte d'une nouvelle espèce_
>Obtention de l'essence impérative_
>Communication des données au relais principal_
>_
>_
>Données envoyées_
>Charge restante 1%_
>Autonomie estimée 1 minute_
>_
>_
>Extinction_
>_

Dans le ciel Pandorien un satellite sort de veille et déploie une grande parabole.
Quelques minutes plus tard, la parabole se referme alors qu'un faisceau de particules file vers la Terre.



Teranas : On fait quoi pour ce truc… cette base… enfin, tout ça, quoi ?

Je saisis mon masque et le fixe sur mon visage, puis, inspirant un grand coup d'air saturé en carbone, je pousse un soupir.

Moi : On s'barre d'ici… J'ai pas envie d'en voir plus et je bénit le fait que l'autre excité du Katana soit dans les vapes car sinon on aurait été obligé de l'assommer pour lui faire bouger son cul !
Teranas : En parlant du Messager… il est toujours…
Moi : Oui, pas de signes de vie.
Scratty : Bein c'est pas plus mal ! j'ai le loft pour moi tout seul…
Teranas : Je…

Mon ami baisse la tête en affichant une certaine culpabilité.

Moi : Hey ! C'est pas de ta faute !
Teranas : Je sais, c'est à cause d'Ale'yah qui a voulu s'interposer…
Moi : C'est de la faute du MESSAGER, okay ?
        Peut être que Krystal est entrée là où elle n'aurait jamais due mettre la truffe, mais c'est pas une raison pour lui faire la peau…
Krystal : Je suis désolée…
Moi : Mêm' pas en rêve tu t'excuses… je ne comprends pas pourquoi il t'en veut à ce point mais…

Je m'arrête net, le regard dans le vide, puis fixe la renarde dans le fond des yeux.
Krystal baisse la tête au bout de quelques secondes.


Krystal : Arrêtes, c'est gênant…
Moi : On va profiter que l'autre dingos bridé soit aux fraises pour "causer Messager".
        T'as vu quoi dans sa tête ?
Krystal : …

La renarde baisse encore plus les yeux en poussant un soupir.

Teranas : Tu ne vois pas que c'est trop dur pour…
Moi : Je sais, c'est justement pour ça que je lui en parle.
        On va partir du principe que l'autre fou n'est pas mort et peut revenir d'une seconde à l'autre.
        Comment tu crois qu'il va réagir quand il reprendra les commandes ?
        Je n'ai plus que cette barre de métal en guise d'arme, mais pour lui, un Bic tout con c'est déjà trop.
Krystal : J'ai…

Je reprend la marche et déclare.

Moi : Allez, on va marcher pour se détendre !
        En plus, ça nous rapprochera de la sortie.

Poussant la porte donnant sur l'escalier, j'invite les deux comparses à me suivre.
Alors que nous grimpons, la renarde nous narre son récit.


Krystal : La maison était belle et au fond d'un couloir se trouvait une cage…
             J'ai touché le dernier symbole, une écriture inconnue et je suis arrivée dans… dans…

Je pousse une porte et nous nous engouffrons dans un sombre couloir que la lumière bleutée du bâton de Krystal rend plus oppressant encore.

Krystal : …Dans une sorte de laboratoire…
               C'était propre mais délabré, un peu comme… ici.
               Comme cet endroit.
               Il y avait des pots, de grands bocaux remplis d'organes, de corps de toutes sorte et de toutes espèces.
               Puis il est arrivé… Je n'avais jamais combattu quelqu'un de si fort. J'ai cru mourir.
               Ses coups étaient rapides et puissants, je n'ai rien pu faire, c'était la première fois que j'éprouvais de la terreur pendant un combat… et ses yeux… ses yeux blancs…
               Mes défenses ont tenues mais ce qu'il à fait…
               Il…

La renarde s'arrête et pose la main sur une paroi de verre en tentant de cacher ses tremblements.
Teranas pose une main rassurante sur son épaule.


Krystal : Si j'ai survécu c'est uniquement grâce à l'intervention de cette jeune femme…
            Ce n'est qu'une fois sorti de ta tête, Xelloss, que j'ai pris conscience de la force du Messager.
            Je suis retournée dans mon bâton car cette forme me permet de faire le vide… mais cette fois…
            Cette fois ce fut différent.
            J'ai vécu mes terreurs les plus enfouies.
            J'ai vu des choses que j'avais réussi à sceller au tréfonds de mon esprit.
            Il a réussi a faire sauter les barrières que j'avais érigée contre mes terreurs si rapidement...
            Je n'ose pas imaginer ce qu'il peut faire sur un esprit plus faible...
Terans : Xelloss ?
Moi : Hey ? Quoi ? C'est pas moi ! C'est lui… Me regardez pas comme ça…
Krystal : J'avais perdu la notion du temps et je n'arrivais plus à sortir de ce cauchemar qui devenait peu à peu la réalité.
            Je pense que ce sont les entraînements psychiques avec Quelinda qui m'ont sauvé car à un moment, j'ai réussi à m'extraire de ces rêves.
Teranas : Peut être aussi parce que l'autre n'était plus là… C'est vraiment une plaie…

Le pilote d'Avatar me fixe de toute sa hauteur et se penche sur moi.

Teranas : T'es vraiment une plaie !  Un chat Noir modèle géant avec les puces, le collier et tout l'bordel !
Moi : On me l'a souvent dit… On y va ?
Teranas : Attends, c'est quoi c'te tronche ?
Moi : Quelle tronche ?
Teranas : Hey, t'la joue pas avec moi… j'vois tes bazouilles et ta queue, l'ami !

Plaquant mes mains sur mes oreilles, je laisse échapper un juron.

Moi : 'chier ! T'as pas l'droit !
Putain d'corps !
       Bon, on en papotera en route, hein ?
Teranas : Et pourquoi pas maintenant ?
T'es lourd, là…

Je tapote ma tête en regardant Teranas dans les yeux puis forme avec ma bouche les mots "rentre - dans – ma – tête"

Scratty : Il percute pas vite l'autre grand mou du g'nou !

Alors que mon ami tente de me faire cracher le morceau sans visiblement comprendre ce que je lui demande, son regard tombe sur la renarde dont la truffe est collée à la grande vitre donnant sur l'intérieur d'une salle.

Scratty : Et voila…

La bouche entrouverte, Krystal est soudain devenue muette.

Teranas, le nez collé contre mon masque dans l'espoir de me faire craquer se redresse et tourne la tête vers la renarde.


Teranas : Krystal ? Ca va pas ? Tu…

Mon ami jette un coup d'œil au travers de la vitre.

Krystal : C'était comme ça… comme cette pièce… dans la tête du Messager…
Moi : Nom de…

D'un violent coup de pied sur la barre de commande de la porte, j'ouvre celle-ci et pénètre dans la pièce.
Une odeur nauséabonde envahit mes sens et le couloir.
Dans la pièce, une dizaine de tables sur lesquelles reposent des cadavres recouverts de poussière.
Ceux-ci sont découpés, proprement et disposés à côté de petites urnes de métal dont je devine sans problème le contenu.
Dans des étagères vitrées et réfrigérées, des bocaux de toutes tailles remplis d'un liquide brun dans lesquels sont entreposés des nourrissons Na'vi et Humains.
Les systèmes frigorifiques ne fonctionnant plus depuis longtemps, le liquide brun a perdu ses propriétés conservatrices et les corps présentent un niveau de putréfaction avancée.
Alors que je fais le tour de ce musée de l'horreur, Krystal murmure quelque chose à Teranas.
De l'autre côté de la vitre, je les vois parler sans les entendre.

Même à travers le masque l'odeur est insoutenable.
Je me dirige vers un bureau sur lequel trône un écran.
Posé près du clavier, un support sur lequel est enchâssé un petit journal de bord de la marque P-Note
Ce modèle plus ancien ressemble à un stylo et est équipé d'un écran souple pouvant s'enrouler dans le corps de celui-ci.
Je décroche la machine de son support et me rend compte que le connecteur de charge est une vraie pointe de crayon.
N'essayant même pas de l'allumer, je glisse ce stylo dans ma ceinture de soie, ne laissant dépasser que la pièce de métal servant à son maintien.
Je saisis la base, la débranche de la prise sous le bureau et enroule le câble à côté du stylo.

On verra ça tranquillement plus tard...

Scratty : J'dis ça comme ça, mais on ne sait juste pas ce qui a tué ces bébés… si le virus était toujours présent ?

N'écoutant pas l'homme en noir, je ne peux détourner le regard d'une pochette dans un tiroir.
Le logo placé en haut à droite me fait frissonner alors que je le reconnais sans problème.
Cet aigle avec ses ailes déployées et tenant dans ses serres une couronne de lauriers dans lesquels trône une croix gammée.


Moi : Millénium…
« Last Edit: August 27, 2014, 04:16:45 pm by xelloss »
Le premier homme qui est mort à du être drôlement surpris.
Partir c'est mourir un peu, et mourir c'est partir beaucoup.
La Terre est basse.
Les lénitions, en rouge

Le Na'vi fpi Ayskxawng 20-11-2016 est Dispo

Offline xelloss

  • Eyktan
  • Palulukan Makto
  • *****
  • *
  • Posts: 3302
  • Karma: 112
  • Ral... ke lì'u ! [ Le sens... pas le mot ! ]
    • La Ghost... (team bretonne d'Airsoft)
Re: { Role-Play } Xelloss
« Reply #141 on: August 27, 2014, 03:23:18 pm »
J'ouvre la pochette, fait défiler les feuilles jaunies et tombe sur une photographie.
Celle-ci montre un groupe d'hommes pausant autour d'une table sur laquelle repose un corps dans lequel est planté une pléthore d'instruments.
La tête tournée vers l'objectif laisse voir une partie du visage sous les cheveux.
L'un des membres du groupe tient un Katana dans ses mains gantées.


Scratty : C'est… C'est pas possible…
Moi : La fille… de la maison ?
Scratty : Comment ils ont fait…

Soudain, l'homme en cuir stoppe sa phrase, lève la main en pointant du doigt quelque chose derrière moi.

Scratty : Xelloss…

De l'autre côté de la vitre…

Teranas : … ouais, je vais le chercher et on file d'ici fissa !

Mon ami entre dans la pièce et se jette sur le côté, évitant de justesse un bureau lui arrivant sur la tronche.
Se cognant violemment l'épaule droite contre le mur, il s'affaisse alors qu'autour de lui volent des papiers de toutes tailles.


Teranas : Xell', faut…

Le pilote d'Avatar ne finit pas sa phrase.
Sous ses yeux, des photos d'une jeune fille.
Des images insoutenables sur lesquelles apparaissent un corps tailladé, mutilé ou découpé.
Sur l'une, il manque un bras, une jambe, une main, sur une autre il ne reste plus que le tronc et la tête, maintenus en vie par un réseau complexe de tuyaux…

Dans le fond de la pièce baignée de la faible lueur bleutée du bâton de Krystal posée contre la vitre, un hurlement retentit alors que le fauteuil suit le même chemin que le bureau.
Le mobilier volant s'écrase sur la paroi vitrée générant un choc qui fait tomber le bâton de la renarde, plongeant la pièce dans la pénombre.
Elle ramasse son bien et s'approche de Teranas qui secoue la tête pour chasser les sensations de vertige qui s'emparent de lui.


Krystal : Teranas !
Teranas : Je…
Krystal : Viens ! Vite !

La renarde empoigne le pilote d'Avatar par le col et le traîne sur le sol alors que dans le fond de la pièce retentit une voix emplie de colère.
Alors que la voix fulmine, deux petites lumières blanches s'allument.


Voix : COMMENT AVEZ-VOUS OSE !?

La renarde tire sans ménagement Teranas et l'envoie valser contre le mur du couloir.
Se rattrapant tant bien que mal, le pilote d'Avatar grimace en se massant le bras alors que dans la pièce un bruit sourd et puissant retentit.
Mon ami regarde sans comprendre la lumière bleue du bâton de Krystal dessiner des signes complexes dans les airs.
La renarde pousse la luminosité de son arme et comprend enfin ce qui l'attaque.
Face à elle, un Xelloss enragé bien décidé à lui briser sa barre de fer sur le corps.
D'un mouvement rapide, elle évite un coup circulaire et vient se réceptionner sur une table.
Un tiroir vole vers elle et s'écrase sur le champ d'énergie que génère son bâton, lui permettant de se déplacer.

Teranas, étourdi par le choc contre le mur passe l'entée du labo.


Teranas : Xell' ?
Krystal : Ne le regarde pas ! Ce n'est pas Xelloss !

Les paroles de la renarde arrivent trop tard et le pilote d'Avatar cligne des yeux, affichant une surprise infinie.
Sans attendre son reste, Krystal frappe le sol avec son bâton alors que je lui saute dessus.
Dans le même mouvement, elle pointe la tête de son arme vers la menace.
Du bâton, jaillit une boule lumineuse aveuglante qui me frappe de plein fouet.
Saisissant Teranas par la taille, elle saute hors de la pièce, le lâche et revient sur la porte qu'elle fait glisser puis pose la tête de son bâton dessus.
Celui-ci émet une lueur bleue alors que Teranas regarde, sans comprendre, son ami hurler et bouger au ralenti, comme englué dans une mélasse transparente.

Au bout de quelques secondes, l'étrange matière se dissipe et je reprends ma vitesse initiale, m'écrasant contre la porte sous le regard interloqué de mon ami.
Me relevant, je frappe l'obstacle en hurlant.

La porte totalement scellée par une épaisse gangue de glace résiste aux coups alors que la renarde tire dans le couloir un Teranas totalement pétrifié dont le visage n'est plus qu'un masque de terreur.
Tandis que Krystal étend le pilote d'Avatar sur le sol froid du couloir, elle prend une grande inspiration.
Une fois le jeune homme allongé, elle pose les deux mains sur son visage et ferme les yeux, s'enfonçant dans les méandres des pires terreurs de celui-ci.

Seule, dans un monde onirique en mouvance constante, elle sait que le moindre faux pas lui vaudra le même sort que l'esprit qu'elle essaye de sauver.

Dans l'obscurité la plus totale, elle se risque à faire un peu de lumière et pousse un cri étouffé de surprise.
Sous ses pieds, le vide.
Un fossé dont elle n'arrive pas à discerner le fond.
Rapidement, elle comprend quelle se tient sur une sorte de plaque transparente et entreprend de chercher Teranas dans cet enfer de cauchemars.



Dans le Jardin Japonais de mon esprit, Scratty me secoue comme un prunier.


Scratty : PUTAIN, XELL' REVIENS ! C'EST PAS L'MOMENT DE LAISSER L'AUTRE FAIRE MUMUSE, LA !
             HEY ! Messager ! Qu'est-ce qui te prend ?

Messager : COMMENT ONT'ILS OSE !
                 IL TUE LES RESPONSABLES DE CET OUTRAGE !

Scratty : Quoi ? Tu débloques !  C'est Teranas et … Ils n'ont jamais pu toucher à… !

J'empoigne une chaise et l'explose sur la porte.
Renforcée par vingt centimètres de glace pure, celle-ci ne bronche pas.

Dans le Jardin Japonais du Messager, j'ouvre les yeux sur un Scratty me secouant.


Moi : Hey, t'as fini ?
Scratty : Xell', c'est la merde ! Le Messager veut tuer Teranas et Krystal !

D'un bond je me relève et fixe le Samouraï dont le visage n'affiche que la haine.
Un frisson glacé me parcourt le dos alors que je remarque que ses yeux sont devenus blancs.
Je détourne le regard.


Moi : Messager, pourquoi tu veux tuer Tera' ?
Messager : Messager tue les responsables !
Scratty : Responsables de quoi ?
Messager : Responsables des souffrances du Messager !
Moi : Tu délires à plein tube, mec !
Messager : IL SUFFIT !

Le samouraï plonge son regard dans celui de l'homme en cuir.
Ses yeux blancs semblent irradier d'une lueur maléfique.
Je fais un pas en avant, en prenant soin de ne pas regarder le Messager en face.
Scratty passe la main sur son visage et change d'apparence.
Vêtu d'une sorte de soutane de cuir noir à capuche, il porte un tube de métal long d'une vingtaine de centimètres à la ceinture.
Affichant un sourire, il fait un geste de la main en regardant le Messager.


Scratty : Tes p'tits tours ne marchent sur moi jeune Jedi…

Pétrifié devant le grotesque de cette situation, je me demande quel artifice permet à Scratty de ne pas sombrer dans ses pires cauchemars.
Le Messager n'ayant pas du tout envie de rigoler avance et vient placer sa tête à dix centimètres de celle de l'homme vêtu de cuir.


Messager : Nul homme ne peut prétendre être dépourvu de peurs…

Scratty affiche un sourire contenu alors qu'il tente de dissimuler une jubilation intérieure.

Scratty : T'as tout bon, jeune Jedi… mais tu as tout faux !
             Je ne suis pas une personne, moi !
             Je suis une machine !
             Froide, sans âme, sans rêves, ni cauchemars…
             Ton pouvoir glisse sur moi et n'a aucune prise, regarde !


Médusé, je regarde Scratty disparaître en un battement de cil alors que le Messager porte la main à son Katana.
La main de l'homme passe au travers du manche qui fluctue comme une brume matinale.
Le Messager baisse la tête, tente de saisir le Wakizashi.
Comme pour le coup précédent, il ne peut saisir la poignée alors que sa main ne saisis que du vent.
Sur son visage se mêlent fureur et surprise.
Levant la tête, il me regarde en fronçant les sourcils alors que je baisse les oreilles et la queue.


Messager : Qu'as-tu fait des lames du Messager, Xelloss ?!

Détournant le regard en baissant la tête, je balbutie…

Moi : Je… Je les ai perdu… quand tout s'est effondré.
Messager : Comment as-tu pu perdre ces lames ? Tu es indigne de les porter !
Scratty : Hey ! Minute, papillon ! Il les a perdu dans l'effondrement du bâtiment… pendant que tout s'écroulait autour de lui.
             Même toi t'aurais pas pu faire autrement…


Nous tournons la tête vers l'origine de la voix pour apercevoir un Scratty allongé dans un transat en sirotant un cocktail frais.
Je ne put dire quel élément me perturbait le plus à ce moment là.
La vue de l'autre gugus en cuir, sa chemise hawaïenne ou le petit parasol sur le rebord du verre.

L'homme se lève et, d'une démarche nonchalante, vient se placer près de nous en faisant du bruit avec sa paille.


Scratty : J'te propose un marché, mec…
Messager : Messager écoute la proposition !
Scratty : Okay, tu relâche un peu la vapeur et j'te dis où 'ai vu tes lames pour la dernière fois.
Moi : Tu sais où elles sont ?
Scratty : Je sais où elles se sont détachées, oui… Mais 'va falloir viser à se calmer un chouil', vu ?
              Je ne vois pas pourquoi tu veux à tout prix te faire un paillasson de la renarde, mais elle n'est pas ton ennemie…


Je frappe une nouvelle fois sur la commande d'ouverture de la porte.

Messager : Cette porte est scellée par de la glace…
Scratty : Bein, en attendant qu'elle fonde, on va faire le tour de la pièce.
Moi : Ca puait plus quand nous étions rentré…
Scratty : T'inquiet' mon sucre, on va quand même emboucaner l'fennec crevé depuis deux mois quand on sortira.







Quelques temps plus tôt, dans la forêt bordant l'avant poste.
Nao saisis le bras de Gwenn


Nao : Hivum ! Yrrap za'u !
Gwenn : Quoi ?
Mayuko : On va se prendre une tempête qui va nous décalquer la tronche !
Nao : Fuir ! Fuir !
Gwenn : Super…

Ma'utx lève la tête vers le ciel en pliant les oreilles.

Mayuko : Ma Ma'utx, connais-tu un endroit où s'abriter… on va manger grave, là.
Ma'utx : Oui, nous devrons être rapide comme le vent !
Mayuko : OKAY ! ON S'BOUGE, LES GENS !

Suivant la jeune Na'vi ouvrant la marche, le groupe s'enfonce dans la canopée.



Une demie heure plus tard, alors que de lourds nuages s'amoncèlent au dessus de l'avant poste…

Gwenn : Nom de nom, on va pas revoir le soleil se lever… j'ai jamais vu un orage de plasma aussi bas !
Vince : Raison d'plus pour se casser, et fissa !
Gwenn : Paul, comment bouge la tempête !?

Dans son oreillette, Gwenn entend les pas rapides du médecin des Avatar se diriger vers le Centre Opérationnel.
Il arrive dans la pièce remplie de monde; cette vision lui rappela instantanément l'époque antérieure au départ de la RDA.
Un des hommes quitte sa console et se précipite sur lui.


Lucien : PAUL ! Paul ! Dis moi que tous tes gars sont rentrés et qu'y a pas un Avatar qui traîne dans le 14-6 !
Paul : C'est la zone de...
Lucien : C'est la zone vers laquelle se dirige les deux AMP… Eux, ils en ont pour quarante minutes de vol en gros, donc ils vont se taper que le résidu de la tempête.
            Ca va pas être la même pour ton groupe là bas…
            Ils vont déguster sévère ! J'ai déjà vu des plasmiques bousiller des machines avant que tu sois affecté ici…

Paul empoigne un micro sur une table et l'allume.
Un petit écran affiche la fréquence et l'homme se cale sur celle des laryngo de l'équipe.


Paul : Gwenn, tu m'entends ? Vous êtes où, là ? Lucien me dit que ce truc va vous botter l'train !

A l'autre bout de la forêt, le groupe avance rapidement comme si la Mort elle-même avait décidé de les prendre en chasse.
Soudain, une faible voix retentit dans l'oreillette de Gwenn.


Gwenn : On s'e… Paul… vu de…

L'espace d'un instant, le soleil semble avoir changé de position alors que le vent se tait.
Une série d'éclairs magistraux illuminent le ciel, accompagné du tonnerre.
Un bruit sourd et long qui fait trembler le sol.


Sa'pay : SLÄR ! SLÄR KÄSATSENG !

Le jeune Na'vi est obligé de hurler pour se faire entendre et alors qu'il désigne une caverne, un éclair s'abat sur un arbre le coupant en deux d'un coup.

Gwenn : PAUL ! ON SE REPLIE DANS UNE GROTTE ON…



Au même moment dans la salle de liaison, deux caissons entament un concert d'alarmes alors que les écrans de contrôle virent au rouge.
Le regard hébété, Mayuko sort de son caisson en titubant.
L'homme fait deux pas puis s'écroule, rattrapé à temps par Ale'yah.
Vince, assis dans son caisson,  se massant le crâne, pousse un petit gloussement en voyant son ami tomber comme un pantin.


Vince : Ah', ces Chinois, ça tient pas la marée…

Voix : Comment ça, on tient pas la marée ?
        J'vais t'faire manger tes chaussettes, on va voir si elles tiennent la marée…

Vince sursaute et tourne la tête pour découvrir une Amelia suant à grosse gouttes.
Sur son bras, un appareil dont l'écran affiche des données sur l'état des caissons.
Jetant un regard dans la salle, elle coupe les vibrations de son appareil.


Amelia : Ca y est, j'me barre deux secondes avec l'autre grand steak et tout part à veau l'eau ?
Ale'yah : Tout s'est ouvert d'un coup…
Amelia : Et c'est qui qui va devoir réparer tout ça ? Vous avez touché à quoi ?

Levant un sourcil inquisiteur en regardant Vince, la meccano se dirige vers le caisson de Gwenn.
Arrivée devant le grand écran de contrôle, elle lâche un juron.


Amelia : Vous les avez foudroyés, vos Avatars ?

La jeune fille fait taire les alarmes et se précipite vers la zone centrale puis active les hauts parleurs de la base.

Amelia : Paul, on a besoin de vous à la salle de liaison…



Pendant ce temps, dans la forêt, l'Enfer semble s'ouvrir.
De l'entrée de la grotte, Nao pousse un hurlement en tirant de toutes ses forces le corps de l'Avatar de Mayuko.


Nao : YRRAP NÌMUN NÌMUN !!
Gwenn : PAUL ! ON A PERDU MAYUK' ET VINCE ON EN PREND PLEIN…

L'Avatar n'a pas le temps de placer un autre mot qu'à nouveau un éclair frappe un arbre.
La boule d'énergie, se divise en une multitude de petites ramifications frappant au hasard.
Sous les regards horrifiés, Gwenn reçoit en plein torse l'un des éclairs.
L'Avatar reste debout comme si son corps refusait de croire à la situation.

Sur le palier de la grotte le groupe assiste impuissant à la chute de Gwenn.
En deux bonds agiles, Nao saute auprès de l'Avatar et le saisit par le bras.
Aidé de Ma'utx, elles traînent le corps dans la grotte sous le déluge de cette forte pluie d'orage.

Rapidement, Nao se rend compte que l'Avatar n'est pas comme d'accoutumée…
Quelques minutes plus tard, Paul franchit l'entrée de la salle de liaison.
L'atmosphère est calme et silencieuse.
Bien trop calme.

Le médecin sait que quelque chose de grave vient de se produire, le drap blanc recouvrant l'intégralité du corps de Gwenn dans son caisson aidant quelque peu.


Paul : Il… Quand ? Comment ?

Amelia, le nez, littéralement, dans l'écran de la console centrale relit le log du caisson de Gwenn.

Amelia : J'en sais rien… c'est la première fois que je vois un retour aussi… C'est pas possible… C'est pas possible…

Paul se jette sur le micro de la console principale et active la communication avec l'infirmerie.
Le médecin n'a le temps de prononcer le moindre mot qu'Amelia pose une main sur le micro.
Le visage empli d'une profonde tristesse, elle regarde Paul dans les yeux…


Amelia : C'est inutile… le Retour lui a… déstructuré l'hémisphère droit... Le reste…
            Même si on pouvait faire repartir son cœur… ce ne serait plus lui…
« Last Edit: August 29, 2017, 07:58:35 am by xelloss »
Le premier homme qui est mort à du être drôlement surpris.
Partir c'est mourir un peu, et mourir c'est partir beaucoup.
La Terre est basse.
Les lénitions, en rouge

Le Na'vi fpi Ayskxawng 20-11-2016 est Dispo

 

Become LearnNavi's friend on Facebook Follow LearnNavi on Twitter! Watch LearnNavi's videos on YouTube

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Privacy Policy
| XHTML | RSS | WAP2 | Site Rules

LearnNavi is not affiliated with the official Avatar website,
James Cameron, or the Twentieth Century-Fox Film Corporation.
All trademarks and servicemarks are the properties of their respective owners.
Images in the LearnNavi.org Forums and Gallery may not be used without permission.

LearnNavi Affiliates:
ToS

LearnNavi is the community to learn Na'vi, the Avatar Language
"A place where real friendships are made." -Paul Frommer

AvatarMeet | Learn Na'vi Forum | Learn Na'vi Wiki | Na'viteri

LearnNavi